/news/education
Navigation

Moins de cours de musique à la rentrée

Les professeurs interpellent le ministre Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Les enseignants de musique interpellent le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, afin que leurs cours puissent être maintenus dans les écoles cet automne malgré les mesures sanitaires qui devront être mises en place.

Au cours des derniers jours, des écoles secondaires ont fait savoir qu’elles réduiraient le nombre de périodes de musique offertes l’an prochain, affirme Stéphane Proulx, président de la Fédération de l’association des musiciens éducateurs du Québec (FAMEQ). 

C’est le cas dans au moins cinq centres de services scolaires, indique-t-il, dont celui de la Beauce-Etchemin, où la diminution représenterait l’équivalent de trois postes d’enseignants à temps plein. Il n’a toutefois pas été possible de confirmer cette information auprès du centre de services scolaires vendredi. 

« On voit que ça commence à dégringoler. On ne veut pas que ce soit la pointe de l’iceberg et se ramasser le 15 août avec une hécatombe. C’est pour ça qu’on interpelle le ministre Roberge », affirme-t-il.

Dans un message vidéo diffusé sur les réseaux sociaux, M. Proulx demande au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, de donner des balises claires au réseau scolaire afin que toutes les formes d’enseignement, y compris celui de la musique, soient préservées à la rentrée.

À la mi-juin, le ministre Roberge a indiqué que toutes les matières seraient enseignées à la rentrée. Au secondaire, un cours en arts est obligatoire chaque année en musique, en arts plastiques, en théâtre ou en danse.

Choix limités  

Le respect de différentes mesures sanitaires complique toutefois l’organisation de la grille-matière. Les élèves devront rester dans le même groupe pendant toute la journée, ce qui limite les choix de cours. 

Or, des solutions existent, plaide la FAMEQ. La preuve, des écoles parviennent à maintenir tous leurs cours de musique l’an prochain, indique M. Proulx.

Au cabinet du ministre Roberge, on souhaite qu’un maximum de cours de musique puisse être offert aux élèves malgré les contraintes. Le travail avec les partenaires du réseau scolaire se poursuit, indique-t-on.

Il n’a pas été possible d’obtenir de commentaires à ce sujet de la part de la Fédération québécoise des directions d’établissements d’enseignement.