/news/green
Navigation

Une mousse mystérieuse inquiète à Sherbrooke

On ignore d’où provient la substance qui flotte depuis le printemps sur la rivière

mousse riviere
Photo collaboration spéciale, Alex Drouin De la mousse flotte régulièrement sur la rivière Magog, à Sherbrooke.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Une mystérieuse mousse blanche qui flotte sur une rivière de Sherbrooke depuis le printemps inquiète des riverains et les autorités municipales, qui ignorent d’où elle provient.

« On cherche toujours [d’où provient] le problème », affirme le chef de la division de la gestion des eaux et de la construction de la Ville de Sherbrooke, Jean-Pierre Fortier.

Depuis ce printemps, les riverains ont remarqué la présence de mousse blanche qui flottait sur cette rivière après une forte averse.

« Je m’inquiète pour la qualité de l’eau puisqu’on se baigne et qu’on pêche dans cette rivière », a souligné l’un des membres de l’Association de la Rivière Magog, Pierre Legault.

Sylvie Baillargeon, qui demeure aux abords du cours d’eau, s’inquiète aussi pour ses petits-enfants qui aiment bien s’y rafraîchir. 

« Il se passe quelque chose, mais quoi ? Est-ce un lave-auto qui déverse ses produits dans la rivière ? », se questionne Mme Baillargeon.

RÉPONSES RECHERCHÉES

En entrevue téléphonique, M. Fortier a expliqué que la Ville a été informée de ce problème il y a quelques semaines, mais que le mystère plane toujours quant à la provenance de ce mystérieux phénomène. 

Pourrait-il s’agir de raccordements d’égout illégaux de la part des citoyens – qui entraînent le rejet des conduites sanitaires dans la rivière – ou de quelques propriétaires de véhicules récréatifs qui déversent leurs résidus dans la rivière ?

La Ville de Sherbrooke cherche encore des réponses, mais a peut-être une piste.

RACCORDEMENT ILLÉGAL

« On a découvert un raccordement illégal dans le secteur et on a envoyé des lettres à 37 propriétaires de véhicules récréatifs afin de les aviser qu’ils devaient déverser leurs eaux sanitaires dans les endroits appropriés », indique M. Fortier.

Un ruisseau à proximité de la rivière Magog a le même problème.
Photo collaboration spéciale, Alex Drouin
Un ruisseau à proximité de la rivière Magog a le même problème.

En se rendant sur place, Le Journal a constaté que le problème persistait sur la rivière Magog en plus d’affecter un ruisseau quelques mètres plus loin.

« C’est une situation inquiétante et c’est urgent que les recherches se poursuivent », insiste le conjoint de Mme Baillargeon, Sylvain Bazinet.

Chargé de projets à la Fondation Rivières, Gabriel Cliche s’expliquait mal la provenance de cette mousse sans que soit effectuée une analyse précise de ladite matière. 

Or, il a confirmé qu’il était possible que cela provienne d’un détergent dont l’une des composantes est le phosphate, et que cela pourrait accroître la présence d’algues bleues.

« Les riverains sont très sensibles à la rivière et ils font attention, mais ceux qui n’y ont pas accès ne sont pas conscients de ça », conclut Pierre Legault.