/world/opinion/columnists
Navigation

Président dysfonctionnel, pays dysfonctionnel

US-POLITICS-HOLIDAY-INDEPENDENCE-TRUMP
Photo AFP Donald Trump a prononcé la traditionnelle allocution du 4 juillet samedi dans les jardins de la Maison-Blanche.

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de COVID-19 est devenue incontrôlable presque partout aux États-Unis. Pendant ce temps, le racisme anti-blanc se répand avec la même bêtise que le vieux racisme anti-noir. 

Que fait le président américain pour juguler ces deux fléaux ? Il pérore sur toutes les tribunes que la pandémie est en train de disparaître et il attise les divisions dans la société américaine. 

On peut rêver un instant aux politiques d’un autre président en pareilles circonstances. Aucun des présidents précédents, tant démocrates que républicains, ne se serait engagé dans la voie de Donald Trump.

Maladie mentale

Il faut le répéter : Donald Trump souffre de maladie mentale grave. Le livre que sa nièce, Mary Trump, une psychologue praticienne, devrait bientôt publier pourrait confirmer ce diagnostic, qui a déjà été posé par des dizaines de milliers de professionnels de la santé mentale.

Trump ne pense qu’à lui-même, à sa fortune, à sa réélection, à son image. 

Une récente enquête de Carl Bernstein, menée pour CNN, confirme ce que tout le monde perçoit depuis longtemps : Trump recherche l’approbation des dictateurs et il méprise les dirigeants des démocraties, en particulier les femmes.

En temps normal, le système américain peut survivre à un président fou. Mais en temps de crise, la folie présidentielle devient autrement dangereuse.

Trois crises simultanées

Des crises, les États-Unis en affrontent trois simultanément : celle de la dictature de Xi Jinping, celle de la COVID-19 et celle du réveil des minorités. 

Les remèdes sont connus. Les jeux d’alliance peuvent aider les États-Unis à faire face à la Chine. Les mesures de confinement peuvent ralentir la propagation de la COVID-19. L’éducation et la lutte à la pauvreté peuvent donner aux minorités l’accès à une véritable égalité.

Enjeux personnels

Au lieu d’appliquer ces solutions, Trump, malade, ramène tout à des enjeux personnels.

Il voit les relations internationales par le prisme de son admiration pour Xi Jinping, Vladimir Poutine ou Recep Tayyip Erdogan et de son mépris pour Angela Merkel ou Emmanuel Macron. 

Il ne comprend pas les mesures de confinement. Il souhaite que les installations touristiques qu’il possède rouvrent au plus vite, pour faire de l’argent.

Il assimile les dérives racistes anti-blanches à l’ensemble de la lutte contre le racisme et il se pose en défenseur des gens qui ont la peau blanche.

La folie de Trump isole les États-Unis au plan mondial. Elle risque de couler l’économie américaine. Elle pousse les racistes anti-blancs dans un discours aussi délirant que celui de Trump. 

Le Québec et le Canada sont atteints par les dysfonctionnements de Trump. Nous avons longtemps compté sur les États-Unis dans plusieurs domaines. Nous devrons encore compter sur eux. 

Mais plus les États-Unis deviennent dysfonctionnels, plus il faudra compter sur nos propres forces. Ceci nous coûtera très cher. Malheureusement, avec ou sans Trump, les États-Unis auront du mal à retrouver le droit chemin.