/finance/pme
Navigation

Probewell veille sur vos factures

Elle s’assure que des compteurs comme ceux d’Hydro-Québec ne sont pas défectueux

Le vice-président chez Probewell, François Bissonnette, soutient que son organisation effectuera probablement une acquisition en Europe d’ici le printemps 2021.
Photo Jean-Francois Desgagnés Le vice-président chez Probewell, François Bissonnette, soutient que son organisation effectuera probablement une acquisition en Europe d’ici le printemps 2021.

Coup d'oeil sur cet article

Méconnue du grand public, la compagnie Probewell veille sur vos finances. L’entreprise de Québec a développé des outils permettant de s’assurer que des géants comme Hydro-Québec facturent le bon montant à leurs clients.

En fait, Probewell, fondée en 1994, conçoit et vend des instruments de mesure de haute précision servant à déceler les défauts dans les compteurs utilisés par des services publics d’électricité à travers le monde.

La compagnie compte Hydro-Québec parmi ses 800 clients dans 18 pays, mais également plusieurs fournisseurs au Mexique et au pays de Donald Trump, comme American Electric Power et Exelon Corporation. 

Même des villes comme Los Angeles utilisent les solutions de Probewell.

«Si une personne voit sa facture d’Hydro grimper sans raison, elle va communiquer avec la société d’État. Un technicien va venir chez vous pour vérifier votre compteur. Il va s’assurer de la mesure avec notre outil et voir si vous êtes bien facturé», explique le vice-président, François Bissonnette.

Et ne pensez pas que les compteurs n’ont jamais de problèmes. En 2017-2018, Hydro-Québec avait été contrainte de remplacer 25 000 appareils dans le grand Montréal en raison d’une défectuosité qui touchait la fonction de communication des compteurs vers les infrastructures de relève. 

Les outils de Probewell, qui compte 18 employés et un «chiffre d’affaires de plusieurs millions de dollars», sont vendus directement aux fournisseurs d’électricité. La technologie peut servir à valider les installations électriques d’une résidence, mais également celles des entreprises.

Direction l’Europe

Récemment, les Fonds régionaux de solidarité FTQ ont décidé d’injecter de l’argent – le montant n’a pas été dévoilé – dans la compagnie afin d’appuyer les projets de croissance de la direction. Cette dernière vise notamment une première percée dans le marché européen au début 2021.

C’est par une acquisition que se déroulera l’expansion, révèle M. Bissonnette. Il préfère, pour le moment, ne pas en dire plus. Cette transaction devrait toutefois permettre à son organisation de doubler son chiffre d’affaires. Au cours des deux dernières années, il a bondi annuellement d’environ 30 %.

La direction de Probewell précise qu’elle ne possède pas, actuellement, les outils nécessaires pour attaquer le marché européen, les systèmes électriques étant différents. D’où l’importance de choisir une compagnie qui possédera l’ensemble des instruments nécessaires pour appuyer cette aventure.

«Nous sommes en négos depuis deux ans. La COVID-19 a toutefois ralenti le processus», concède M. Bissonnette. «Au cours des prochaines années, on veut avoir une empreinte mondiale», poursuit l’homme d’affaires.

Nouveaux actionnaires

Aujourd’hui, Probewell, qui a investi 2,7 millions de dollars dans la construction d’un nouveau siège social l’an dernier, à Québec, est la propriété de quatre Québécois. En 2016, les fondateurs avaient décidé de prendre leur retraite et de vendre la compagnie à M. Bissonnette et à François Rouleau.

Récemment, Michel Arsenault, chef des technologies, et Mariana Napoli, directrice des ventes et du marketing, ont pris des parts dans l’organisation.