/misc
Navigation

Choisir aujourd’hui ce que sera demain

Coup d'oeil sur cet article

Nos élus et fonctionnaires préparent des plans de relance économique. Des milliards de dollars seront bientôt dépensés.

• À lire aussi: Laure Waridel se joint au Journal

Veut-on financer avec notre argent une économie qui pollue au point de menacer notre santé et notre sécurité? Celle qui provoque des bouleversements climatiques et la perte de biodiversité? Celle qui facilite l’éclosion d’épidémies d’origine animale comme la COVID-19?

Veut-on relancer une économie mondialisée qui carbure à l’exploitation environnementale et sociale? Celle où les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent?

Je suis convaincue que la majorité d’entre vous répond «non» à ces questions.

Cette relance est une occasion pour s’engager dans la transition. On peut créer des emplois et de la richesse tout en protégeant l’environnement. Pour qu’une économie soit viable, elle doit miser sur le bien-être des gens. Elle doit être un moyen. Pas une fin.

Écoutons la science

Ce que nous vivons avec la COVID-19 nous démontre à quel point nous avons intérêt à écouter les scientifiques. Ceux-ci nous disent depuis des décennies qu’il faut réduire notre empreinte écologique. Les politiciens le savent aussi.

Il est temps que les bottines suivent les babines. Ce ne sont pas les solutions qui manquent! Le Québec foisonne de projets dans nos villes autant que dans nos campagnes.

Les décideurs peuvent s’inspirer des 101 idées pour la relance du Pacte pour la transition. Issue d’un travail de co-construction entre citoyens, scientifiques et économistes, cette synthèse propose les bases pour une relance verte et juste.

En gros, arrêtons de financer ce qui pollue! Soutenons ce qui crée de la richesse sociale tout en respectant les limites planétaires.

Le Québec a fait maintes fois la preuve de sa capacité à mener de grands chantiers. Nos révolutions sont tranquilles, mais elles sont de vraies révolutions.

Ensemble, on est capables!