/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: la pandémie se propage en Montérégie après des fêtes d'adolescents

Coup d'oeil sur cet article

MERCIER | Des fêtes réunissant plusieurs dizaines d'adolescents tenues à la fin juin en Montérégie ont aujourd'hui d'importantes répercussions, la COVID-19 ayant profité de l'occasion pour se répandre de plus belle, entraînant notamment des fermetures de commerces et la mise en quarantaine d'un service d'incendie.

• À lire aussi: Mile Public House: les clients infectés proviennent d'un groupe au cœur d'une éclosion

• À lire aussi: Des clients du Mile Public House atteints par la COVID-19

Deux fêtes tenues à Sainte-Clotilde et à Saint-Chrysostome ont mis le feu aux poudres de cette nouvelle éclosion, qui a commencé à faire la manchette en fin de semaine lorsqu'il a été révélé que des clients du bar Mile Public House, au DIX30, à Brossard, avaient fréquenté l'établissement alors qu'ils étaient porteurs du virus.

L'organisatrice de la fête à Saint-Chrysostome, une adolescente, ne s'attendait pas à ce qu'un invité atteint par la COVID-19 participe à la soirée et répande la maladie.

«C'était une très mauvaise décision. Mon but, c'est de protéger mon enfant. Elle est intimidée parce qu'elle a voulu être honnête avec les gens», a confié sa mère à TVA Nouvelles.

Effet boule de neige

Cette fête aux conséquences exponentielles a déjà entraîné la fermeture de cinq commerces à Mercier depuis la fin de semaine. Si l'épicerie IGA et le restaurant McDonald's ont pu rouvrir après avoir été désinfectés, ce n'est pas le cas du restaurant Grégoire et de la boulangerie Fantaisie du blé, qui attendent des résultats de tests de leurs employés.

«On a un employé qui est allé au fameux party dont tout le monde parle. Cette situation-là met en péril les emplois de tout le monde», s'est désolé le propriétaire de la boulangerie, Frédéric Dugas, en entrevue avec TVA Nouvelles.

«Il faut être conscient que ce party-là, où les gens sont allés avant de rentrer travailler, a des impacts pour eux, évidemment parce qu'ils sont malades et ont une perte de revenus, mais ils sont plus larges que ça parce que les gens qui les entourent doivent aussi faire une quarantaine et sont peut-être aussi malades, et les employeurs sont obligés de fermer leurs portes pour désinfecter», a résumé la mairesse de Mercier, Lise Michaud, dans une allocution publiée mardi sur la page Facebook de la Ville.

D'ailleurs, une journée de dépistage spéciale sera offerte au centre communautaire René-Tougas par la santé publique jeudi, de 9h30 à 16h.

«Ça a beaucoup d'impact sur le sentiment de sécurité des gens, avec raison, et c'est pour cette raison que nous avons demandé à la santé publique de tenir sur le territoire de Mercier une journée de dépistage», a souligné la mairesse.

Les pompiers aussi

Mercier n'est pas la seule ville à subir les contrecoups de l'insouciance de certains jeunes. D'autres commerces des MRC du Roussillon et des Jardins-de-Napierville ont aussi annoncé qu'ils devaient fermer temporairement en raison d'un employé contaminé.

Même les pompiers n'ont pas échappé à la pandémie. À Sainte-Clotilde, 10 sapeurs ont dû être placés en quarantaine après qu'un pompier eut contracté la COVID-19 lors d'une «sortie personnelle» le 30 juin. Or, ce pompier est intervenu avec ses collègues lors d'un incendie à Saint-Urbain-Premier le même jour, d'où la mise en quarantaine, a expliqué la municipalité dans un communiqué.

Ces pompiers représentent les deux tiers des effectifs du village. Saint-Clotilde a donc dû appeler en renfort la ville voisine de Saint-Rémi, dont les pompiers répondront aux interventions d'urgence le temps que leurs collègues terminent leur quarantaine.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.