/news/society
Navigation

Il aide une mère endeuillée

Un homme d’affaires sollicite une compagnie d’entretien ménager qui ne manque pas d’ouvrage pendant la COVID-19 pour ramasser des fonds

Yann Duquette
Photo courtoisie, Valérie Gay-Bessette

Coup d'oeil sur cet article

Un homme d’affaires a fait des pieds et des mains pour trouver du financement afin d’aider son amie en difficulté financière à cause des dépenses liées aux soins de son enfant de 11 ans emporté par un foudroyant cancer au début de la pandémie. 

«Ça m’a donné un coup d’apprendre que l’enfant de mon amie était mort et je voulais qu’elle puisse passer au travers de son deuil sans se soucier des factures à payer», confie Yann Duquette, qui se spécialise dans le marketing de destination.

L’enfant de 11 ans de Jessika Lavallée, Éliot Lavallée-Cloutier, est décédé en mars dernier après qu’on lui a diagnostiqué une tumeur au cervelet au printemps 2019. Le petit garçon avait aussi des métastases au cerveau et le long de la colonne vertébrale.

L’homme d’affaires de 38 ans a expliqué au Journal qu’il lui était difficile de trouver de l’aide auprès des différentes entreprises qu’il a contactées, en raison de la COVID-19 qui leur faisait très mal financièrement.

Yann Duquette
courtoisie Maylis Toulouse

«Je me suis donc posé la question: quelle entreprise, en ces temps difficiles, ne manquerait pas d’ouvrage? J’ai rapidement pensé aux compagnies d’entretien ménager», raconte-t-il.

Parmi ses contacts dans le milieu des affaires, il y avait la vice-présidente de D.O.R., Cynthia Olivera, dont l’entreprise se spécialise dans ce domaine dans la région de Montréal.

Ensemble, ils ont décidé que 5% des revenus d’un des services offerts par la compagnie seraient remis à la mère qui a dû mettre de côté son travail de factrice depuis l’annonce du cancer de son enfant en mars 2019. La femme de 36 ans, qui reconnaît avoir de la difficulté à payer ses factures, n’est toujours pas retournée travailler depuis le décès de son enfant.

«Leur support me prouve qu’il y a encore beaucoup d’humanité en ces temps difficiles et je leur en serai éternellement reconnaissante», confie avec émotion la mère endeuillée, qui a passé la dernière année à parcourir les quelque 200 km entre sa résidence de Weedon, en Estrie, et Montréal pour les traitements de son enfant. 

Depuis avril, 1000$ ont été ramassés.

«Notre objectif est de 10 000$ et on va continuer aussi longtemps que ce ne sera pas atteint», conclut Yann Duquette.