/world/america
Navigation

Plus de 3 millions de cas en Amérique latine et aux Caraïbes

Coup d'oeil sur cet article

MONTEVIDEO | Plus de trois millions de cas de COVID-19 ont été recensés en Amérique latine et aux Caraïbes depuis le début de l’épidémie, dont plus de la moitié au Brésil, où le virus a tué plus de 66 000 personnes, selon un bilan établi mardi par l’AFP à partir de sources officielles. 

• À lire aussi: Brésil: le président Bolsonaro annonce être contaminé par la COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: preuves émergentes sur la transmission par l’air, l’épidémie s’accélère

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Un total de 3 023 813 cas de contamination et de 139 999 décès dus au coronavirus ont été recensés dans la région, actuel épicentre de la pandémie.

Le Brésil, 210 millions d’habitants, compte 1 668 589 cas et il est donc le deuxième pays le plus touché au monde après les États-Unis. Parmi les personnes infectées se trouve le président Jair Bolsonaro, qui a encore minimisé mardi la gravité de la crise sanitaire dans son pays.

Le président d’extrême droite présente des symptômes bénins et il a annoncé qu’il recevait un traitement à l’hydroxychloroquine, un médicament dont l’efficacité contre la COVID-19 est remise en question par la communauté scientifique.

Malgré l’augmentation du nombre de cas et de décès – qui, selon les experts, sont supérieurs aux chiffres officiels –, les bars et les restaurants de Sao Paulo, la capitale économique du Brésil, ont rouvert pour recevoir des clients à partir de lundi.

Et à Rio de Janeiro, qui a également autorisé la réouverture, ce week-end, les habitants ont investi les bars et les plages.

Le coronavirus progresse également au Mexique, qui a jusqu’à présent fait état de 31 119 décès – le deuxième plus grand nombre de décès dans la région – et de 261 750 cas de contamination.

Le Pérou, pays qui a allégé la quarantaine qui s’est étendue sur 100 jours sur l’ensemble du territoire, a recensé 309 278 cas pour 10 952 décès.

Le Chili, où les mesures de quarantaine ont été draconiennes, notamment dans la capitale, a dépassé mardi 300 000 cas pour 6434 décès. Les autorités envisagent néanmoins d’alléger prochainement les mesures d’isolement.