/news/politics
Navigation

Montréal largue à son tour Facebook

Montréal largue à son tour Facebook
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La Ville de Montréal a, à son tour, décidé de cesser d'acheter de la publicité sur Facebook pour dénoncer le manque de modération des contenus racistes et discriminatoires publiés sur le réseau social. 

• À lire aussi: Boycottage de Facebook: le Musée d'art contemporain de Montréal et le Musée de la civilisation suivent le mouvement

• À lire aussi: La Ville de Québec s'ajoute au boycottage de Facebook

• À lire aussi: Facebook: un audit interne déplore des décisions « problématiques » sur les droits civiques

«En cohérence avec les valeurs d’égalité et d’inclusivité qu’elle prône, Montréal adhère au mouvement "stophateforprofit". Freiner la propagation de la désinformation et de la haine en ligne est un devoir collectif», a confirmé la porte-parole de la Ville Mélanie Gagné, par courriel.

Montréal rejoint ainsi plusieurs entreprises, institutions et d'autres villes, dont Laval et Québec, qui ont aussi décidé de suspendre leurs achats de publicités en juillet. La Ville continuera à publier des messages sur Facebook, mais sans payer pour en faire la promotion.

«Dans le contexte d’état d’urgence, la Ville se réserve toutefois le droit d’utiliser du contenu publicitaire pour quelques exceptions qu’elle juge essentielles», a cependant précisé la porte-parole.

Initié aux États-Unis, le mouvement «stophateforprofit» réunit désormais plusieurs sociétés de premier plan, comme Adidas ou Coca-Cola, dans la foulée des manifestations qui ont secoué l'Amérique au cours des dernières semaines. Les initiateurs du mouvement réclament que Facebook en fasse davantage pour modérer les contenus racistes et discriminatoires, ou encore pour lutter contre la prolifération des théories de complot publiées sur sa plateforme.