/news/society
Navigation

Rapport de la VG: Nos militaires manquent de matériel en mission

Bloc Forces canadiennes
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les militaires canadiens reçoivent le matériel dont ils ont besoin pour effectuer leur mission en retard dans 50 % des cas, ce qui compromet le succès des missions et en augmente les coûts, prévient la vérificatrice générale du Canada.

• À lire aussi: Ottawa a perdu la trace de 35 000 étrangers qui auraient dû être expulsés

Uniformes, vivres, pièces de rechange et autres sont des outils de base essentiels, tant pour répondre aux urgences au Canada que pour prendre part à des missions de soutien et de maintien de la paix dans le monde.

Mais une fois sur deux, nos militaires les reçoivent en retard. Cinquante pour cent des retards sont d’au moins 15 jours et 25 % sont d’au moins 40 jours. Pire, certains retards excèdent même un an, révèle l’audit sur l’approvisionnement des Forces armées canadiennes.

Stocks mal gérés

« Dans l’ensemble, nous avons constaté qu’une mauvaise gestion de la chaîne d’approvisionnement avait souvent empêché la Défense nationale de fournir du matériel aux Forces armées canadiennes au moment où elles en avaient besoin », écrit la vérificatrice générale.

Dans bien des cas, le matériel n’est stocké ni à l’endroit voulu ni au moment où il est requis. Le niveau minimum de stocks est souvent à zéro dans le système d’approvisionnement.

La période analysée s’est terminée en janvier 2020. Elle ne couvre donc pas les semaines de pandémie de COVID-19 pendant lesquelles les militaires ont été appelés en renfort dans les CHSLD au Québec et en Ontario.

Le rapport est toutefois révélateur d’un problème qui handicape les Forces armées depuis longtemps. En décembre 2018 déjà, une analyse réalisée par la Défense nationale révélait des ruptures de stock problématiques aux dépôts d’approvisionnement de Montréal et d’Edmonton.

Or, « la sécurité nationale du Canada et le succès des opérations militaires canadiennes à l’étranger dépendent de la capacité de la Défense nationale de fournir aux Forces armées canadiennes le matériel dont elles ont besoin pour remplir leurs missions », souligne la vérificatrice générale.