/finance/business
Navigation

Le géant chinois TikTok soulève aussi des inquiétudes au Québec

Un expert en sécurité explique qu’il a déjà servi d’outil au régime de Pékin

CHINA-BYTEDANCE/CEO
Photo Reuters La fortune de Zhang Yiming, fondateur et PDG de la maison mère de TikTok, ByteDance, est estimée à 16,2 milliards de dollars américains (près de 22 milliards de dollars canadiens), selon Forbes. C’est une des 100 plus grandes fortunes de la planète.

Coup d'oeil sur cet article

Le géant chinois TikTok que menace de bannir l’administration Trump représente une menace pour les entreprises québécoises, estime un expert en cybersécurité.

• À lire aussi: Des conseillers de la Maison Blanche envisagent des rétorsions monétaires

• À lire aussi: La Chine a des «préférences» pour les élections aux États-Unis

« TikTok a déjà refilé de l’information au gouvernement chinois, comme Zoom. Dans un contexte d’affaires, l’outil peut les aider à mieux connaître les fabricants », a prévenu le spécialiste en cybersécurité Steve Waterhouse.

Mercredi, le président américain Donald Trump a affirmé qu’il étudiait la possibilité de bannir l’application chinoise TikTok, alors que de vives tensions entre Washington et Pékin minent la relation entre les deux pays.

« C’est quelque chose que nous étudions », a déclaré M. Trump dans un entretien avec l’animatrice Greta Van Susteren à propos de l’application qui a plus de 800 millions d’utilisateurs sur la planète, devant Twitter.

Malgré ces menaces, TikTok a annoncé mercredi le lancement d’une plateforme permettant à des PME de créer des clips de publicité propres à l’application.

TikTok, aimée des plus jeunes grâce à ses vidéos humoristiques, de danse et de musique, appartient au groupe chinois ByteDance, dirigé par Zhang Yiming, dont la fortune est estimée à près de 22 milliards $, selon Forbes.

Secrets industriels

Au Québec, le réseau social d’échange de vidéo TikTok séduit de plus en plus d’adeptes, ce qui préoccupe le chargé de cours en sécurité informatique de l’Université de Sherbrooke Steve Waterhouse.

« Les entreprises québécoises doivent éviter d’utiliser TikTok pour diminuer le risque de se faire voler leurs secrets industriels. Surtout que la Chine a intérêt à miner le Canada parce qu’elle a un différend depuis l’arrestation de Meng Wanzhou et des deux Canadiens emprisonnés là-bas », a-t-il prévenu.

Selon lui, les données récoltées par l’application TikTok peuvent servir à brosser un portrait d’entreprise au gouvernement chinois si par exemple un entrepreneur québécois donne accès à son carnet de contacts à l’application.

« Ce n’est plus de la science-fiction, c’est ce qui se passe en 2020 », a prévenu Steve Waterhouse, qui craint que TikTok puisse même jouer un rôle de désinformation au pays.

Joint par Le Journal, le cabinet du ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a refusé de dire s’il prévoyait bannir TikTok au Canada.

« Notre monde est hautement connecté et, aujourd’hui plus que jamais, la technologie joue un rôle incroyablement important dans notre vie quotidienne. Notre gouvernement continue de travailler en étroite collaboration avec les agences et les leaders du secteur des technologies pour garantir la protection des Canadiens et de nos systèmes informatiques », s’est limitée à dire à ce sujet son attachée de presse Mary-Liz Power.

TikTok n’a pas répondu à notre demande d’entrevue mercredi.

– Avec la collaboration de l’AFP