/misc
Navigation

Expulsion des faux réfugiés: une farce lamentable

Expulsion des faux réfugiés: une farce lamentable
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Agence des services frontaliers du Canada est incapable de retrouver 35 000 étrangers qu’elle devait expulser, dont près de 3000 criminels, selon un rapport du Bureau du vérificateur général du Canada. «L’Agence a lancé des mandats d’immigration pour l’arrestation de ces étrangers, mais elle a rarement réalisé les enquêtes requises pour localiser ceux ayant des antécédents criminels», lit-on dans le rapport dévastateur du Vérificateur général.

C’est tout à fait scandaleux. Mais on s’en fout, à Ottawa. Le système d’immigration n’a jamais été intègre. Ses faiblesses sont connues des réseaux spécialisés dans l’introduction d’immigrants illégaux. Nous avons un des pires systèmes d’immigration de la planète, biaisé en faveur des faux réfugiés, des fraudeurs, des criminels et des avocats qui en vivent. 

L’arnaque a été mise en place au cours des 50 dernières années par le Parti libéral du Canada. Des règles d’immigration laxistes, de toute façon faciles à contourner, facilitent l’arrivée du plus grand nombre d’immigrants légaux ou illégaux, qui, en retour, reconnaissants au PLC de les avoir laissés entrer, voteront libéral. 

Tout le système a été construit par les libéraux pour rendre pratiquement impossible l’expulsion du territoire canadien. Trudeau père, Chrétien et Trudeau fils sont les principaux responsables des lois d'immigration qui permettent à toute la racaille de la planète de trouver refuge au Canada. 

Voici quelques exemples. Il a fallu 10 ans pour renvoyer en Chine Lai Changxing, un homme d’affaires criminel qui a utilisé tous les recours judiciaires possibles contre son extradition. Ahmed Ressam, terroriste d’al-Qaïda arrêté alors qu’il allait placer une bombe à l’aéroport de Los Angeles, vivait à Montréal sans être inquiété, malgré de multiples décisions d’expulsion prononcées contre lui par les tribunaux. Belhassen Trabelsi, le beau-frère corrompu du dictateur renversé Ben Ali de Tunisie, s’est réfugié ici à Montréal. Il a engagé des procédures judiciaires dilatoires pour éviter d’être extradé, le temps de préparer sa fuite vers l’Arabie saoudite. Scandaleusement, incroyablement vu ses antécédents, il n’était l’objet d’aucune surveillance. Il a, depuis, osé se rendre en France, où il a été arrêté. Il y est détenu en attendant son extradition vers la Tunisie

Des centaines de milliers de «pseudo-Canadiens à passeport», dits «Canadiens de convenance», vivent à l’étranger sans jamais payer d’impôts ou de taxes au Canada. Ils se foutent du Canada comme de l’an quarante, sauf quand ils sont malades. Ils viennent alors nous voler des soins de santé gratuits. Ils se rappellent également qu’ils sont Canadiens quand ça va mal dans leur pays. Comme durant la guerre du Liban de 2006. Tout à coup, des milliers de Libanais agitaient des passeports canadiens devant l’ambassade canadienne de Beyrouth. Des avions et des navires affrétés par le Canada les ont évacués. La guerre finie, ils sont rentrés chez eux et ont rangé leurs précieux passeports canadiens jusqu’à la prochaine crise. 

Et il y a le cas des étrangers prévoyants qui envoient leurs femmes accoucher au Canada afin que leurs enfants soient citoyens canadiens avec tous les avantages que cela comporte (une carte d’assurance maladie du Québec, avec ça?). L’Hôpital Royal Victoria de Montréal était particulièrement apprécié des gestantes de futurs détenteurs de la citoyenneté canadienne. Ça ne coûte que quelques milliers de dollars et ça rapporte durant toute une vie à toute la famille étendue.

Pourquoi cette complaisance incroyable des libéraux et des conservateurs? C’est simple. Les deux grands partis canadiens courtisent le vote des citoyens récents, qui voient d’un mauvais œil toute mesure ciblant les nouveaux arrivants. Je le rappelle: le poids politique de ces électeurs-immigrants au Canada dépasse maintenant celui des Québécois.