/finance
Navigation

Hausse des mises en chantier d’habitations en juin

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de mises en chantier d’habitations a augmenté au pays en juin par rapport à mai, a annoncé la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), jeudi.

La tendance des mises en chantier d'habitations s’est établie à 199 655 le mois dernier, contre 197 063 en mai. Cette tendance consiste en la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations.

Cette croissance est due à «la hausse des mises en chantier de logements collectifs à Toronto et à Montréal, à la suite des baisses enregistrées dans ces centres métropolitains au cours des derniers mois en raison des mesures liées à la COVID-19», a affirmé Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL par communiqué.

«Les mises en chantier d'habitations ont continué de diminuer dans la plupart des autres centres urbains en juin, y compris à Vancouver», a-t-il ajouté.

La SCHL prévoit une année difficile pour les nouvelles constructions dans le secteur résidentiel.

«Nous nous attendons à ce que les mises en chantier à l'échelle nationale suivent une tendance à la baisse à court terme en raison des répercussions négatives de la COVID-19 sur les indicateurs de l'économie et du logement», a affirmé M. Dugan.

Sur une base mensuelle désaisonnalisée et annualisée, les mises en chantier d'habitations sont passées de 195 453 en mai à 211 681 en juin, une hausse de 8,3 %. Dans les centres urbains, ce nombre a augmenté de 8,7 %. La SCHL prévient toutefois que ces données mensuelles sont sujettes à de grandes variations et qu’il faut donc user de prudence avant de les analyser.

L'APCHQ contente

À la lumière de ces chiffres, l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) a déclaré que «la construction résidentielle se porte bien au Québec».

Puisque la SCHL a recensé 5 883 habitations mises en chantier en juin, soit une hausse de 12 % comparativement à juin 2019, a fait valoir l’APCHQ.

«Cette augmentation fait suite à celle de 27 % enregistrée en mai, qui marquait un bon redémarrage des chantiers après la pause forcée (du 24 mars au 19 avril). Au cumul des six premiers mois, le retard n’est que de 7 % comparativement à l’année dernière», a ajouté l’APCHQ.