/sports/soccer/impact
Navigation

Henry n’a pas du tout aimé

Thierry Henry.
Photo Agence QMI Thierry Henry.

Coup d'oeil sur cet article

Même si le Revolution de la Nouvelle-Angleterre a eu plus de temps pour se préparer physiquement et en équipe, Thierry Henry a refusé de s’en servir comme excuse.

• À lire aussi: Tournoi MLS is Back : confiné dans la médiocrité

• À lire aussi: Beau geste de Thierry Henry

L’entraîneur-chef de l’Impact a été très critique à l’endroit de ses hommes, qui n’ont pas offert l’effort qu’il attendait d’eux.

« On n’est pas là pour chercher des excuses, je n’ai pas du tout aimé l’attitude de l’équipe, on a perdu tous nos duels, on a perdu des ballons sans pression.

« Si tu rentres sur le terrain sans volonté et en faisant autant d’erreurs, tu ne peux pas gagner. Se battre et ne pas perdre des ballons, ç’a un peu été notre truc depuis le début. »

Pas de combattivité

« Ce n’est pas une question d’attitude, a insisté Henry, on n’avait pas de combattivité et si tu n’as pas ça dans un match, tu ne peux pas gagner, peu importe la tactique.

« Je ne remets pas en question l’envie de mes joueurs, mais ce soir [jeudi], elle n’était pas présente. »

Les joueurs n’ont pas cherché à se défiler et ont corroboré les sentiments de leur entraîneur.

« Il y a eu un manque de disponibilité de tout le monde, on ne s’est pas assez montré et il aurait fallu faire plus d’efforts, a noté Saphir Taïder. Pour gagner, il faut avoir le ballon, sinon tu ne fais que courir derrière. »

Pas d’excuses

Jukka Raitala, un des nombreux joueurs à avoir connu un match difficile, n’a pas voulu trouver d’excuses lui non plus.

« Je suis très déçu, nous n’avons pas eu un bon match. On ne peut pas utiliser la chaleur comme excuse parce qu’elle était la même pour les deux équipes. »

Taïder a tout de même concédé que le but de Gustavo Bou, une dizaine de minutes après le début de la seconde demie, avait fait très mal.

« On a bien commencé la deuxième demie, mais leur but nous a un peu cassé les jambes. »