/24m
Navigation

COVID-19 : des rapports intimes... à deux mètres de distance

Set of erotic toys for BDSM. The game of sexual slavery with a whip, gag and leather blindfold. Intimate sex games.
adragan - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Avoir des rapports intimes tout en maintenant deux mètres de distance entre les personnes impliquées, c'est possible: il suffit d'un peu de créativité et les jouets sexuels connectés peuvent aider. 

Le vice-président de la chaîne de boutiques érotiques Séduction, Julien Arsenault, explique qu'il existe deux types de jouets que l'on peut faire bouger ou vibrer à distance: ceux qui se contrôlent à l'aide d'une télécommande, donc relativement de près, et ceux qui ont une fonction Bluetooth, et qui peuvent être contrôlés à partir d'une application par une personne qui se trouve n'importe où dans le monde. 

«On peut faire une vidéoconférence, on peut voir en live ce qui se passe», a suggéré M. Arsenault en entrevue avec le «24 Heures». 

Set of erotic toys for BDSM. The game of sexual slavery with a whip, gag and leather blindfold. Intimate sex games.
PHOTO COURTOISIE

Celui-ci estime que ces jouets se détaillent en moyenne entre 150 $ et 250 $, selon la qualité du moteur, ou encore de l'application. «Il y a les culottes vibrantes qui ont été très populaires. On retrouve aussi des jouets anaux, des jouets prostatiques, ou encore des vibrateurs féminins», a-t-il énuméré. 

Les ventes de jouets sexuels ont explosé durant la pandémie. Au début du confinement, les ventes en ligne de la boutique Séduction étaient cinq à six fois plus importantes qu'à l'habitude. 

Certains détaillants ont même décidé de donner des jouets sexuels en cette période de rencontres limitées, comme la marque montréalaise de jouets sexuels Bellesa. 

Une telle pratique, lorsque faite avec le consentement éclairé de tous les participants, peut permettre à un couple d'approfondir son intimité d'une façon nouvelle, selon l'autrice du livre «Tout nu!», Myriam Daguzan-Bernier, qui est étudiante en sexologie. 

«En sachant qu’il y a encore des risques de contagion, un nouveau couple peut décider d’essayer des trucs à distance et je suis sûre que ça amène un nouvel aspect de la sexualité», a-t-elle souligné. 

Rappelons que selon les consignes gouvernementales, il est encore proscrit d'embrasser quelqu'un qui n'habite pas sous le même toit que soi.