/news/society
Navigation

PEQ: Québec assouplit sa réforme pour les étudiants immigrants

La nouvelle ministre de l’Immigration, Nadine Girault.
Photo d'archives Simon Clark La nouvelle ministre de l’Immigration, Nadine Girault.

Coup d'oeil sur cet article

Québec assouplit la réforme de son Programme de l’expérience québécoise (PEQ) pour permettre aux étudiants immigrants qui ont obtenu leur diplôme cette année de bénéficier des règles du régime actuel.

L’annonce a été faite jeudi par la nouvelle ministre de l’Immigration, Nadine Girault.

La première version de cette réforme de cette voie rapide pour les étudiants afin d’obtenir leur résidence permanente avait été fortement décriée à l’automne dernier.

Dorénavant, les étudiants étrangers déjà présents sur le territoire du Québec et qui ont obtenu un diplôme admissible au PEQ ou qui l’obtiendront avant le 31 décembre 2020 pourront présenter une demande selon les conditions déjà en vigueur.

Ceux qui obtiendront leur diplôme après cette date devront toutefois se conformer aux nouvelles conditions qui entreront en vigueur à compter du 22 juillet.

Il s’agit donc d’une réforme qui «reste insultante» pour les personnes issues de l’immigration, estime un regroupement d’associations étudiantes dans un communiqué publié jeudi.

«Malgré cet ajustement, une problématique majeure demeure: toutes les personnes qui ne diplôment pas avant cette date et qui sont arrivées au Québec dans l'intention d'utiliser le PEQ pour s'établir ici aisément n'auront pas cette opportunité. Ces personnes verront leur projet de vie être considérablement affecté par cette demi-mesure», ont écrit conjointement la Fédération étudiante collégiale du Québec, l'Union étudiante du Québec et l’organisme Force jeunesse.

La présentation de cette nouvelle mouture de la réforme du PEQ a également fait réagir les partis d’opposition.

«L’injustice touchait tous les étudiants et les travailleurs en lien avec le PEQ, [et] la mesure proposée n’en touche qu’une partie, a indiqué le député libéral Gaétan Barrette. La pire nouvelle est que la ministre exprime déjà son refus de toute modification ultérieure de ce programme.»

«La nouvelle ministre de l’Immigration essaie de réparer les mauvaises décisions de son prédécesseur, mais malgré les quelques changements apportés, le gouvernement continue de réduire les personnes immigrantes à leur contribution au marché du travail», a quant à lui dénoncé le porte-parole de Québec solidaire en matière d’Immigration, le député Andrés Fontecilla.

«Le gouvernement recule et ajoute enfin à sa réforme du PEQ une clause transitoire pour les étudiants actuels. Par contre, toujours pas d'incitatifs pour attirer les étudiants et les travailleurs dans nos régions. C'est essentiel», a quant à elle affirmé la députée du Parti québécois Méganne Perry Mélançon.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.