/news/politics
Navigation

Épouse, mère et frère Trudeau ont été payés par WE Charity

L’organisme leur a donné près de 285 000 $ avant de recevoir un contrat fédéral

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | L’épouse, la mère et le frère du premier ministre canadien ont reçu près de 285 000 $ afin de faire des discours pour WE Charity avant que cet organisme obtienne un contrat fédéral millionnaire sans appel d’offres.

• À lire aussi: Justin Trudeau est visé par une enquête éthique

• À lire aussi: Justin Trudeau admet ne pas s’être retiré des discussions

L’organisme de bienfaisance a confirmé au Journal que la mère de Justin Trudeau, Margaret, a touché 250 000 $ en cachet entre 2016 et 2020 pour 28 apparitions. Alexandre Trudeau a quant à lui reçu 32 000 $ pour huit discours en 2017 et 2018.

La famille est impliquée, avec Alexandre Trudeau (ci-dessus), dans un scandale.
Photo Chantal Poirier
La famille est impliquée, avec Alexandre Trudeau (ci-dessus), dans un scandale.

Ambassadrice de WE et animatrice d’un balado pour l’organisme, Sophie Grégoire Trudeau a, elle, été payée 1400 $ en 2012 pour un événement unique.

Justin Trudeau n’a jamais touché un sou personnellement, a souligné l’organisme. Mais les fondateurs de WE Charity, Marc et Craig Kielburger, sont des donateurs du Parti libéral du Canada.

Le premier ministre est dans l’eau chaude depuis que son gouvernement a accordé, sans appel d’offres, un contrat d’une valeur de 19,5 millions $ à WE Charity pour gérer et distribuer 900 millions $ en bourses canadiennes pour le bénévolat étudiant.

Justin Trudeau et Sophie Grégoire (en blanc), accompagnés de leurs enfants et de la mère du premier ministre, Margaret (à droite), lors d’une cérémonie à Ottawa en 2015.
Photo AFP
Justin Trudeau et Sophie Grégoire (en blanc), accompagnés de leurs enfants et de la mère du premier ministre, Margaret (à droite), lors d’une cérémonie à Ottawa en 2015.

Éthique

Bien que le contrat entre l’organisme et l’État ait été annulé vendredi dernier, l’affaire a déclenché une enquête du commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique. 

C’est la troisième fois que Justin Trudeau est visé par ce type de vérification, du jamais-vu dans l’histoire du pays.

« Les proches du premier ministre sont impliqués auprès d’organisations diverses et soutiennent plusieurs causes personnelles de leur propre chef », a réagi le cabinet du premier ministre, sans confirmer les chiffres transmis par WE Charity.

« Ce qu’il est important de garder en tête ici, c’est qu’il est question d’un organisme de charité qui soutient des étudiants », a insisté le bureau de Justin Trudeau.

On retient toutefois que le politicien a admis hier ne pas s’être retiré des discussions menant à l’attribution du contrat millionnaire à WE Charity, malgré les liens étroits qui lient sa famille à cette organisation.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Accélérer l’enquête

Jugeant ces nouvelles révélations « scandaleuses », le Parti conservateur du Canada appelle le commissaire à l’éthique, le Comité des finances et le Comité des opérations à accélérer leurs enquêtes dans ce dossier. 

Il réclame également une enquête de la vérificatrice générale et de l’ombudsman de l’approvisionnement.

« Le Parlement doit immédiatement être convoqué pour que nous puissions faire toute la lumière sur cette affaire. Tous les documents relatifs au contrat doivent être rendus publics », a dit Michael Barrett, porte-parole conservateur en matière d’éthique.