/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Apprentissage à distance: des enseignants inquiets

Student learning at home with online lesson
Rido - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Un sondage mené auprès de 18 000 enseignants canadiens montre les limites de l’enseignement à distance, qui a été mis en place après la fermeture des écoles en raison de la pandémie de COVID-19. 

L’enquête de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (CTF/FCE), menée du 1er au 18 juin, montre que «l'apprentissage à distance ne permet pas une éducation de qualité», peut-on lire dans un communiqué transmis vendredi par l’organisation.

En effet, 73% des répondants doutent que l’apprentissage en ligne soit réellement fructueux. Par ailleurs, 74% des répondants se disent inquiets de la santé mentale et du bien-être de leurs élèves.

«Nous avons des élèves vulnérables qui vivent à la maison des choses difficiles. Pour certains, l'école est l'endroit où ils se sentent en sécurité et avec lequel ils ont les liens d'attachement qui renforcent ce sentiment de sécurité», a expliqué un répondant.

D’autres enseignants «s'inquiètent du bien-être des élèves qui ne se connectent jamais ou rarement» et estiment que «le modèle actuel creuse l'écart entre les nantis et les autres».

Inéquitable

Une majorité de répondants craignent effectivement que ce mode d’enseignement accentue les iniquités. À ce titre, 92% ont signalé que «le manque d'accès à la technologie et au matériel d'apprentissage constituait un obstacle à une éducation publique équitable de qualité».

Dans ce contexte, le retour en classe inquiète 99% des répondants. Leur anxiété proviendrait du fait qu’ils ne connaissent pas les plans en vue de la reprise. Ils ont dénoncé les changements continuels imposés par les ministères de l’Éducation des différents territoires et provinces. Les enseignants disent qu’ils n’ont pas le temps de s’adapter aux directives changeantes, et qu’ils n’ont pas de soutien pour le faire.

Cette situation pèse lourd sur les épaules des enseignants. D’ailleurs, 44% des répondants ont dit craindre pour leur santé mentale et leur bien-être.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.