/opinion/columnists
Navigation

Cul par-dessus tête

ART-MARIPER MORIN-MAIS POURQUOI?-CANAL Z
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Cette expression pittoresque date du XVe siècle, ce qui prouve que l’être humain n’a pas changé. Ceux qui croyaient que la pandémie actuelle allait civiliser les gens, les rendre plus raisonnables sont dans l’erreur.

• À lire aussi: Des têtes tombent dans le milieu artistique

• À lire aussi: L’empire de Maripier Morin s’écroule

Chaque jour amène son lot de nouvelles ahurissantes. Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a dénoncé récemment Justin Trudeau en affirmant que le président Trump avait fait davantage pour changer l’approche policière face au racisme systémique aux États-Unis que le premier ministre Trudeau. Il a aussi déclaré que si le militaire armé qui s’est introduit sur le terrain de Rideau Hall n’avait pas été blanc, il aurait été tué sur-le-champ.

Il faut rappeler que le NPD de Singh détient la balance du pouvoir lors du vote à la Chambre des communes. Les propos délirants de Singh rejoignent ceux de nombre de racisés antiracistes qui se répandent avec force sur les réseaux sociaux et qui sont en train de décrédibiliser nos institutions démocratiques.

Fait divers

La preuve en est qu’un nouveau fait divers déprimant vient de faire trembler la toile. Safia Nolin, présentement en France, donc loin des rues de Montréal, vient de faire part sur Instagram d’un incident qui s’est produit il y a deux ans dans un bar montréalais. Elle accuse la superstar médiatique Maripier Morin, l’ancienne participante d’Occupation Double, de l’avoir mordue sur la cuisse en murmurant des mots à caractère sexuel.

Cette semaine, Maripier Morin a reconnu les faits et s’en est excusée. Sans aucun doute, sa carrière jusqu’ici vertigineuse va s’affaisser à la suite de son aveu. Car mordre quelqu’un (et non le mordiller gentiment comme font des centaines de milliers de gens sans être poursuivis) est un acte criminel. Au même titre qu’un coup de poing sur la gueule.

Mais il y a problème. Malgré sa dénonciation sur Instagram, Safia Nolin refuse de porter plainte à la police, car elle ne croit pas au système de justice actuel qui, selon elle, ne favoriserait que les hommes blancs et hétérosexuels. 

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Dérives

Ce type d’affirmation est devenu monnaie courante sur les réseaux sociaux. Et ce, à la grandeur de l’Occident dénoncé pour être blanc, colonisateur, raciste et « multiphobe ». Les jeunes générations du XXIe siècle reçoivent une éducation à la vision apocalyptique, calamiteuse et dépressive. Les réseaux sociaux sont devenus le terrain de toutes les dérives intellectuelles, remplaçant en quelque sorte l’école comme lieu privilégié de la transmission des connaissances. On constate avec effarement que nombre de jeunes et de moins jeunes, nourris aux chartes des droits, ne croient plus aux institutions qui incarnent la démocratie, se méfient de la pensée raisonnable et dédaignent le pragmatisme et le consensus.

Qui eût cru qu’un jour des citoyens réclameraient la censure de la parole (la rectitude politique) et de la pensée (la mort de la liberté) tout en s’estimant tolérants ? Qu’ils rêveraient d’un être humain sans sexe, incolore, multiculturel, déraciné, ni pauvre, ni riche, bref, culturellement interchangeable ? Un être pur, sans aspérités, sans passion donc sans péché, mais culpabilisé en permanence et politiquement neutralisé. L’enfer sur terre, pour tout dire.