/world/middleeast
Navigation

Irak: une députée décède de la COVID-19, hausse de 600% des cas en juin

Irak: une députée décède de la COVID-19, hausse de 600% des cas en juin
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Bagdad | Une députée irakienne a succombé, vendredi, au coronavirus, a annoncé l’agence officielle du pays où les cas de COVID-19 ont bondi de 600% en juin, selon une ONG. 

• À lire aussi: [EN DIRECT 10 JUILLET] Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Coronavirus en Irak: plus de 2000 morts, 50 000 contaminations

Ghida Kambach, députée de 46 ans de la province de Diyala, à l’est de Bagdad, est le premier membre du Parlement mort de la COVID-19, mais au moins une vingtaine de ses collègues ont déjà été infectés par le virus, affirmait récemment le président de l’Assemblée, Mohammed al-Halboussi.

L’Irak est longtemps resté peu touché par la pandémie, mais en juin, selon l’ONG International Rescue Committee (IRC), les cas de coronavirus ont bondi de 600%, avec notamment des centaines de médecins infectés.

Le ministère de la Santé a annoncé, vendredi, avoir recensé environ 70 000 contaminations, dont près de 3000 mortelles, tandis qu’environ 40 000 personnes ont été guéries.

Avec des hôpitaux au bord de la saturation, les immenses locaux de la Foire internationale de Bagdad ont été équipés de lits d’hôpitaux et de nombreux hôtels accueillent des familles en quarantaine.

Mais dans un pays en pénurie chronique de médecins, de médicaments et de lits d’hôpitaux, de nombreuses vidéos circulent sur les réseaux sociaux, montrant notamment des hôpitaux de la province méridionale de Zi Qar manquant d’oxygène pour aider des patients à bout et certaines familles déferlant sur les soignants, agressant au moins une femme médecin.

Face au tollé dans le pays, le ministère de la Santé a aussitôt envoyé des bouteilles d’oxygène dans cette province, l’un des bastions de la révolte populaire d’octobre dernier, où des manifestants continuent de dénoncer la gabegie des autorités.

Le ministre de la Santé, Hassan Salmane, était vendredi à Diwaniyah, une autre province du Sud pour visiter des hôpitaux.

Depuis mars, différents avions d’aide ont atterri en Irak, apportant tests, matériel de protection et des centaines de bouteilles d’oxygène.

L’épidémie de COVID-19 est particulièrement inquiétante en Irak, car le pays, deuxième producteur de pétrole de l’OPEP, vit la pire crise économique de son histoire récente. Le confinement prive des millions d’Irakiens de revenus.