/news/politics
Navigation

Le ministre des Finances est aussi un ami de WE Charity

CANADA-ECONOMY/FINANCE
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a lui aussi des liens familiaux avec WE Charity. Deux de ses filles œuvrent pour l’organisme et il est un ami personnel des fondateurs Craig et Marc Kielburger.

• À lire aussi: Le Parti conservateur réclame une enquête criminelle contre Trudeau

« Je suis déçu d’être sur la scène et de ne pas pouvoir faire un high five à Craig », a lancé le ministre en novembre 2017 en guise d’introduction à une séance de consultation prébudgétaire auprès des jeunes au WE Learning Centre, à Toronto.

Les deux hommes se connaissent bien, au point de participer aux mêmes fêtes de famille, a appris Le Journal. 

En mars 2019, le ministre a ainsi assisté à une réception privée organisée par les Kielburger dans le quartier de la Distillerie à Toronto.

« Bill Morneau a passé la soirée là. Il était présent comme ami de la famille », a confié au Journal sous le couvert de l’anonymat un participant à cette fête.

Peu après, Grace Acan, fille adoptive de la famille Morneau, a décroché un emploi rémunéré au département des voyages de WE Charity.

Dans la même foulée, le gouvernement a octroyé 3 millions $ à WE Charity « pour aider les jeunes entrepreneurs ». C’est le ministre Morneau lui-même qui en avait fait l’annonce, le 21 août 2019.

Une autre fille du ministre, Clare Morneau, a reçu le soutien de Marc Kielburger pour la sortie de son livre sur les jeunes réfugiées au Kenya, en 2016. Elle a aussi livré des discours lors d’événements organisés par WE Charity.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Aucun lien

Clare Morneau « n’a jamais été rémunérée » pour ses activités avec WE, a déclaré l’attachée de presse du ministre Morneau, Maéva Proteau. 

Quant à Grace Acan, « il n’y a absolument aucun lien entre son emploi et tout travail entre UNIS et le gouvernement du Canada », a-t-elle dit.

Malgré ses liens avec WE Charity (UNIS), à l’exemple de Justin Trudeau, « M. Morneau ne s’est pas récusé des discussions » menant à l’octroi d’un contrat à cet organisme, a indiqué Mme Proteau.

Le Parti conservateur a réclamé vendredi une enquête criminelle contre le premier ministre. Le Bloc québécois demande quant à lui que M. Trudeau se retire et cède sa place à sa vice-première ministre, Chrystia Freeland, le temps que le commissaire à l’éthique fasse enquête.