/finance/business
Navigation

Coup de pouce aux agriculteurs

Les producteurs en serres du Québec vont bénéficier d’un nouveau tarif préférentiel sur l’électricité

tomates sous serre agricole
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Près de 1000 producteurs maraîchers en serre pourront bénéficier de nouveaux tarifs d’électricité sous peu, a confirmé le gouvernement vendredi.

Tous les producteurs de serres dont la consommation équivaut à 50 kilowatts/heure pourront bénéficier d’un tarif de 5,59 cents du kilowatt/heure (kW/h). Auparavant, ce tarif était offert seulement pour les producteurs dont la puissance était d’au moins 300 kW.

L’annonce a été faite vendredi par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, et son collègue de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, en compagnie de la PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, et du président des Producteurs en serres du Québec, André Mousseau.

Une demande en ce sens sera déposée devant la Régie de l’énergie, à qui revient la décision d’autoriser ou non ce nouveau tarif, mais le ministre Jonatan Julien a dit avoir confiance qu’il sera accepté tout en soulignant l’indépendance de ce tribunal administratif.

Ce nouveau tarif permettrait aux producteurs en serres d’économiser pas moins de 40 % sur leur coût annuel en énergie, soit environ 30 000 $ sur une consommation annuelle au prix de 75 000 $.

Le gouvernement Legault s’est engagé à doubler la superficie de culture en serre au Québec.

Pour les propriétaires de l’Abri végétal, une ferme maraîchère des Cantons-de-l’Est, Frédéric Jobin-Lawler et Annie Lévesque, l’annonce de Québec est « une bonne chose pour [leurs] installations actuelles ».

Frédéric Jobin-Lawler et Annie Lévesque de L’Abri végétal de culture biologique en serre saluent les nouveaux tarifs d’électricité annoncés vendredi par le gouvernement.
Photo courtoisie
Frédéric Jobin-Lawler et Annie Lévesque de L’Abri végétal de culture biologique en serre saluent les nouveaux tarifs d’électricité annoncés vendredi par le gouvernement.

Lignes en triphasé

Ils déplorent toutefois que les lignes de courant en triphasé, nécessaires pour acheminer une quantité suffisante pour répondre aux besoins industriels d’une ferme, ne se rendent pas encore à la leur.

« Des projets d’expansions à échelle familiale pour cultiver en hiver de magnifiques et succulents légumes bio en plein sol sont en branle depuis deux ans, mais pour ce faire, nous aurons besoin d’un coup de pouce d’Hydro-Québec afin d’acheminer le triphasé qui est actuellement à environ 1 km de chez nous », expliquent-ils.

À ce sujet, le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, a rappelé que le gouvernement avait réservé une somme de 15 millions $ pour déployer davantage son réseau triphasé dans la province. Des sommes supplémentaires pourraient également être ajoutées, a-t-il indiqué.

La députée de Québec solidaire Christine Labrie a d’ailleurs réagi en insistant sur l’importance de bonifier cette enveloppe dédiée au déploiement du réseau triphasé dans la province.

« [L’annonce d’aujourd’hui reste un pas timide, parce que la réalité, c’est que plusieurs producteurs n’ont même pas accès à l’hydroélectricité et doivent encore chauffer leurs serres avec des combustibles fossiles », indique-t-elle, par voie de communiqué.

– Avec Francis Halin, Le Journal de Montréal

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.