/opinion/columnists
Navigation

Plus d’excuses!

Coup d'oeil sur cet article

Presque quotidiennement, un expert ou un leader politique nous assène de nous « préparer à la deuxième vague de COVID-19 », car celle-ci serait inévitable. Soit !

Toutefois, à part respecter les mesures d’hygiène et la distanciation sociale, et faire des provisions pour minimiser les déplacements au supermarché, le champ d’action des individus est relativement limité.

En revanche, si la deuxième vague est en gestation, ce serait plutôt à nous de demander à notre élite politique quelles leçons elle a tirées de la première vague et surtout comment elle se prépare à la prochaine.

Chiffres

Les autorités ont indubitablement géré la crise au mieux de leurs capacités. Mais les résultats sont lamentables. Alors que le Québec représente 23 % de la population canadienne, il enregistre 52 % de tous les cas au pays et 64 % de tous les décès.

Les raisons de cette performance honteuse sont multiples. Le Canada a tardé à fermer ses frontières. Il n’a pas mis les voyageurs en quarantaine. Vint ensuite la cacophonie autour de l’utilité du masque. Les tests ont tardé à arriver. La polémique autour des traitements s’est enflammée et les CHSLD oscillaient entre la débandade et la confusion.

Pourtant, en janvier dernier, la ministre McCann garantissait que le Québec était prêt à affronter la COVID-19. Mais c’était faux !

À supposer que le virus nous ait pris par surprise cet hiver, l’excuse n’est plus valable pour la deuxième vague. Les autorités se préparent-elles donc sérieusement ? Font-elles des provisions de masques et de tests ? Les CHSLD ont-ils revu leurs processus ?

Débâcle

Comme si appréhender un rebond de la COVID-19 était insuffisant, on apprenait récemment que la grippe porcine et la peste bubonique avaient réapparu en Chine.

On ignore pour l’instant les risques de pandémies. Mais si la crainte des maladies est bien réelle, c’est le potentiel d’une autre débâcle en matière de gestion de crise qui terrifie !