/misc
Navigation

Quelle arrogance!

Coup d'oeil sur cet article

La réaction du bureau du premier ministre Justin Trudeau aux nouvelles révélations explosives dans l’affaire WE est d’une étonnante suffisance.

« Ce qu’il est important de garder en tête ici, c’est qu’il est question d’un organisme de charité qui soutient des étudiants. »

Comment les experts de la communication de ce gouvernement ont bien pu concocter pareille explication, pétrie de bons sentiments, pour une affaire aussi sérieuse ?

Quelle façon malhabile de justifier ses actions en exploitant la sensibilité des gens en temps de pandémie ! 

« Ce qu’il est important de garder en tête... »

Quelle arrogance !

Voici, pour rappel, ce qu’il est aussi important et utile de rappeler. 

  • Le gouvernement Trudeau a accordé un contrat sans appel d’offres d’au moins 19,5 millions $ à WE Charity, afin qu’il administre un programme de 900 millions $.
  • Justin Trudeau admet avoir participé à l’approbation de ce contrat, malgré ses liens intimes avec l’organisme.
  • La mère et le frère de Justin Trudeau ont reçu des cachets totalisant près de 285 000 $ pour des discours prononcés lors d’événements organisés par WE, de 2016 à 2020. Donc durant le règne des libéraux.
  • L’épouse du premier ministre est l’un des ambassadeurs les plus connus de l’organisme. Sophie Grégoire Trudeau a quant à elle reçu un cachet de 1400 $ en 2012.
  • Les fondateurs de WE Charity ont fait des dons au Parti libéral du Canada.

Ouvert et transparent ?

Justin Trudeau plaidera comme à l’habitude qu’il n’a pas voulu mal faire, que ses intentions étaient nobles.

Mais nul n’est censé ignorer la loi. 

Surtout que la logique voudrait que M. Trudeau ait une intime connaissance de la Loi sur les conflits d’intérêts, lui qui a déjà reçu deux blâmes du commissaire à l’éthique.

Depuis le début de l’affaire WE, Justin Trudeau soutient être ouvert et transparent.

Le premier ministre devait, aujourd’hui, tenir un point de presse, comme il l’a si souvent fait depuis le début de la pandémie.

Cette rencontre avec les journalistes n’est mystérieusement plus à l’horaire.