/finance/business
Navigation

Village gai: la fermeture des bars à minuit nuira aux ventes

Village gai: la fermeture des bars à minuit nuira aux ventes
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Les bars du Village gai à Montréal réalisent environ 30 à 40% de leur chiffre d’affaires après minuit, et une fermeture hâtive pourrait avoir un impact désastreux sur leur industrie, craint la Société de développement commercial (SDC) du quartier.

Jeudi, le ministre de la Santé Christian Bolduc a ordonné aux bars d’arrêter la vente d’alcool à partir de minuit en raison de plusieurs débordements survenus dans des établissements, ce qui n’a pas fait l’affaire de plusieurs bars respectant les consignes à la lettre.

«Il peut y avoir quelques débordements, nous ne sommes à pas à l’abri», a tempéré le directeur général de la SDC du Village, Yannick Brouillette. «Mais les bars du Village mettent tout en place pour s’assurer de la sécurité de tous en temps de pandémie.»

M. Brouillette est visiblement déçu de cette situation, surtout qu'il estime que les bars du coin ont déboursé en moyenne entre 3000$ et 6000$ en équipements sanitaires afin de s’assurer de la sécurité des clients.

«Si on oblige la fermeture à minuit, on aimerait vraiment recevoir une aide financière du gouvernement du Québec. Après tout, le secteur des bars est tout aussi valable que les autres secteurs», a-t-il plaidé.

D’autant plus que, dans le Village gai, 52% des commerces de l’artère Sainte-Catherine Est appartiennent à l’industrie de la restauration et des bars.

«On trouve dommage que les restaurants puissent ouvrir plus tard, mais que ce ne soit pas permis du côté des bars. Il y a un certain déséquilibre», a-t-il jugé.

Chaque année, des milliers de touristes se déplacent dans le Village gai pour profiter de l’été.