/news/currentevents
Navigation

Le décès des fillettes confirmé: le pire s’est produit

Norah et Romy Carpentier ont été retrouvées sans vie dans un boisé de Saint-Apollinaire

Coup d'oeil sur cet article

La plus longue alerte Amber du Québec a finalement connu un dénouement tragique, samedi, lorsque les deux fillettes disparues ont été retrouvées sans vie, sur la Rive-Sud de Québec.

• À lire aussi: La police déploie une vaste chasse à l’homme pour retrouver Martin Carpentier

• À lire aussi: [VIDÉOS] Spectaculaire chasse à l’homme filmée par un témoin

• À lire aussi: Fillettes trouvées inanimées: «C’est une tragédie nationale»

• À lire aussi: Mort des sœurs Carpentier: «Cette mère-là va être brisée à jamais»

Depuis trois jours, des dizaines de policiers et plus de 150 bénévoles ont entamé une course contre la montre pour retrouver Norah Carpentier, 11 ans, et Romy Carpentier, 6 ans.

Une alerte Amber a été lancée jeudi, alors que leur père, Martin Carpentier, était soupçonné de les avoir enlevées, après un mystérieux accident de voiture survenu la veille sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. 

Photo courtoisie
Photo Annie T. Roussel

L’homme de 44 ans est d’ailleurs toujours en cavale, alors que des policiers de Québec, de Lévis, de la Sûreté du Québec (SQ) et l’armée travaillent de concert pour lui mettre la main dessus.

PHOTO COURTOISIE

Dans le même secteur

Le corps inanimé d’une première fillette a été découvert dans un boisé à l’ouest de la route 273, près du rang Saint-Lazare, un peu avant midi, à quelques kilomètres de l’accident de voiture.

Un peu moins de deux heures plus tard, celui de la deuxième victime a été localisé sensiblement dans le même secteur.

La porte-parole de la SQ, Ann Mathieu, a rapidement indiqué que «tout porte à croire qu’il s’agit des deux fillettes».

La SQ n’a pas indiqué si les corps présentaient des marques de violence. Les autorités ont confirmé le décès des enfants vers 17 h.

Photo Annie T. Roussel

L’alerte Amber, qui a été levée au moment de la sombre découverte, confirmant du même coup l’identité des fillettes, aura été la plus longue de l’histoire du Québec.

Photo Agence QMI, Guy Martel

«D’après les statistiques, il s’agit aussi de la première alerte Amber qui se conclut par un dénouement tragique», soutient la directrice générale du Réseau Enfants-Retour, Pina Arcamone.

Depuis l’instauration de la mesure en 2003, 15 déclenchements de l’alerte ont été effectués et 13 enfants ont été retrouvés sains et saufs, précise-t-elle. Le seul dossier non résolu est celui du jeune Ariel Kouakou, disparu à Montréal en mars 2018.

Sur terre ou depuis les airs, les recherches allaient bon train pour retrouver les fillettes et leur père Martin Carpentier, samedi, à Saint-Apollinaire.
Photo Annie T. Roussel
Sur terre ou depuis les airs, les recherches allaient bon train pour retrouver les fillettes et leur père Martin Carpentier, samedi, à Saint-Apollinaire.

La nouvelle de la découverte des corps a instantanément assombri l’atmosphère chez les bénévoles attroupés près du garage municipal de Saint-Apollinaire. 

Photo Jérémy Bernier

Sous une pluie diluvienne, plusieurs ont fondu en larmes. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Une onde de choc

La sergente Ann Mathieu a d’ailleurs pris le temps de serrer dans ses bras des femmes qui étaient particulièrement touchées par le dénouement de cette histoire.

Ann Mathieu, porte-parole de la SQ, a enlacé des bénévoles qui étaient sous le choc, samedi.
Photo Jérémy Bernier
Ann Mathieu, porte-parole de la SQ, a enlacé des bénévoles qui étaient sous le choc, samedi.

«J’ai transgressé les règles de distanciation, mais ces personnes-là avaient énormément de peine et j’ai décidé de les réconforter. J’ai décidé de passer outre et d’offrir un peu d’humanité», a-t-elle laissé entendre.

Photo Annie T. Roussel

«J’ai décidé de venir aider parce que je me suis sentie touchée de près, en tant que mère. Quand j’ai appris la nouvelle [de la mort des petites], ça m’a déboussolée», raconte Carole, une bénévole qui a passé l’avant-midi à soulever chaque pierre du secteur.

Photo Agence QMI, Guy Martel

«Ça fait réfléchir sur la précarité de la vie et la sécurité de nos enfants», ajoute-t-elle, encore ébranlée. 

Ce qu’ils ont dit    

«Le cauchemar se poursuit pour cette famille. C’est une fin tragique. On pleure avec la maman et l’entourage des petites filles. C’est inimaginable.»

– Pina Arcamone, directrice générale de Réseau Enfants-Retour

«Une mère vit pour ses enfants, et leur survivre est un drame qu’aucun mot ne saurait traduire. Mon cœur pleure avec celui de la mère de Romy et Norah, à qui je souhaite un courage inimaginable.»

– Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique

«Je suis bouleversé, sans mots. Perdre deux enfants, ce qu’on a de plus cher dans la vie, c’est incompréhensible. C’est le Québec entier qui pleure [...] aujourd’hui.»

– François Legault, premier ministre du Québec