/opinion/columnists
Navigation

Go Penguins Go!

Coup d'oeil sur cet article

Vous pensez vraiment que le Canadien de Claude Julien a une petite chance de débarquer les Penguins de Crosby ?

Les irréductibles suggèrent que Carey Price pourrait faire une différence. 

Voilà un bout de temps que le 31 n’a pas fait la différence et il nous a surtout habitués à des retours de vacances, des débuts de campagne très lents, laborieux ou pendant lesquels il nous a déjà dit de respirer par le nez. 

Mais, dans une série 3 de 5, aussi bien respirer par la bouche aussi et même les oreilles. 

Ça vient vite. 

Et dans la saison interrompue, Tristan Jarry, statistiquement, avait un meilleur rendement que Price.

Pittsburgh qui a été écorché par de nombreuses blessures à des joueurs de premier plan, se présentera avec un club en santé, le 1er août. Attachez votre tuque.

Le Canadien n’ont aucune chance contre ce club qui a une attaque nettement supérieure, une défensive beaucoup plus stable. 

En plus, Pittsburgh domine largement en avantage et en désavantage numérique.

Je peux vous paraître négatif ou pessimiste, mais pas du tout. Soyons réalistes. Montréal n’a pas présentement un club pour se présenter en séries. Même si le Tricolore parvenait à traverser Pittsburgh, la suite ne serait pas très longue.

Lafrenière

Rien n’est plus logique que la victoire des Penguins sur le Tricolore le mois prochain et elle s’inscrit dans un scénario qui pourrait devenir un rêve grâce aux 12,5 % des chances de repêcher un phénomène appelé Alexis Lafrenière. Si j’étais Marc Bergevin, je ferai des prières dans toutes les religions.

De l’enclave   

  • Frédérick Gaudreau (de Bromont) qui avait été si brillant lors de la finale de la Coupe Stanley en 2017 avec Nashville contre Pittsburgh est maintenant libre comme l’air. Il a été ralenti par les blessures l’an dernier et il a joué dans la Ligue américaine. On ne l’a pas invité au camp des Predators, cet été.  
  • Pas de boxe, la famille d’Yvon Michel, Stéphanie et les deux enfants s’en donnent à cœur joie au golf. Ils sont maintenant tous membres à la Vallée du Richelieu. 
  • Antonin Décarie et Jean Pascal ont démontré beaucoup de classe, de courtoisie et de reconnaissance en prenant le temps d’aller saluer Régis Lévesque lors de la soirée hommage qu’on lui a organisée au Beaubien Déli, jeudi dernier. À cette fête s’est joint Irvin Blais, le célèbre chanteur country qui était parti de Baie-Comeau le jour même. Et aussi Gilles Proulx avec sa verve habituelle. 
  • Question, votre honneur : Si Marc Bergevin avait su ce qu’il sait aujourd’hui en prévision des séries, aurait-il échangé Nate Thomson à Philadelphie, Nick Cousins à Vegas et Ilya Kovalchuk aux Capitals ? 
  • Grand amateur de pêche en 1907, Ole Evinrude, un Américain né en Norvège, en avait marre de ramer. Il a inventé un petit moteur et le fit breveter. Vous voyez encore la suite derrière de nombreuses chaloupes. Et 113 ans plus tard, olé... Evinrude qui a été propriété et abandonné par Bombardier, la moribonde dont on était pourtant si fiers. 
  • Cole Caufield que les partisans ont tant hâte de voir dans l’uniforme tricolore a joué avec son frère Brock la saison dernière à l’Université du Wisconsin. Cole est un marqueur doué et naturel comme l’étaient son père Paul et son grand-père Wayne. À suivre. 
  • Ondes positives demandées. Souhaitons de tout cœur qu’un club-école du Canadien dans la ECHL puisse s’installer dans le nouvel amphithéâtre à Trois-Rivières avec plein de petits et de gros Québécois dans l’alignement. 
  • Bonne fête Bruni Surin, 53 ans. Et joyeux anniversaire à mon jeune ami Jean-Guy Talbot, un kid qui a touché les 88, hier. 
  • Quelqu’un doute-t-il encore de la supériorité de Roger Federer ? Maintenant à 38 ans, est-il le meilleur joueur de tennis de tous les temps ? Quand tu as passé 310 semaines de ta vie au premier rang mondial, ça dit tout et je ne crois pas qu’on reverra ça de notre vivant. 
  • Vous n’avez pas le choix, vous devez suivre le clan Bettman. Celui ou ceux de votre pool qui étaient en tête au moment de l’interruption des activités gagnent et empochent.