/misc
Navigation

Dire non au charbon!

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, l’Organisation météorologique mondiale nous annonçait que la planète s’approche d’un réchauffement dangereux de 1,5 °C.

Si la tendance se maintient, on s’attend à un recul des zones cultivables ainsi qu’à une multiplication des sécheresses et des inondations. Les changements climatiques forcent déjà la migration de millions de personnes et provoquent la perte de biodiversité.

On aura beau fermer les yeux, individuellement autant que collectivement, les constats scientifiques sont évidents. Il est urgent d’agir pour éviter le pire.

Pendant ce temps-là au Canada

On s’apprête à envoyer encore plus de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère !

Au pied des Rocheuses, en Alberta, la compagnie Vista prépare l’agrandissement d’une mine de charbon à ciel ouvert. Le gouvernement fédéral n’a même pas exigé d’évaluation environnementale !

Le charbon est pourtant le combustible fossile le plus polluant au monde. C’est celui qui est le plus dommageable pour le climat et la santé publique. Il pollue la terre, l’eau et l’air jusqu’à l’atmosphère. Et ce, malgré les améliorations technologiques.

Selon les calculs d’Équiterre, si cet agrandissement est complété, il générera presque autant de GES que toutes les voitures en circulation au Canada. Les impacts du charbon sont immenses, de l’extraction jusqu’à la consommation.

Ce charbon est principalement destiné à la Chine. Il est prévu qu’il alimente des centrales électriques hautement polluantes. Cette énergie servirait notamment à fabriquer des objets qu’on importe, même s’ils pourraient être produits localement avec de l’énergie renouvelable d’ici.

Investir dans des solutions de rechange

« L’âge de pierre n’a pas pris fin par manque de pierres, et l’âge du pétrole ne prendra pas fin par manque de pétrole », disait un ancien ministre saoudien du pétrole. C’est pareil pour le charbon.

Il faut développer des solutions de rechange permettant de réduire nos besoins énergétiques et ensuite miser sur les énergies renouvelables.

Les énergies fossiles doivent appartenir au passé. L’avenir de nos enfants en dépend.