/24m/urbanlife
Navigation

Difficile pour les commerçants de la Plaza Saint-Hubert

Difficile pour les commerçants de la Plaza Saint-Hubert
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les travaux sur la rue Saint-Hubert, en plus de la pandémie de COVID-19, ont affecté les affaires de plusieurs commerçants de la Plaza qui ont de la difficulté à retrouver leurs clients. 

D’emblée, la propriétaire de l'Entrepôt des Rallonges confie n’avoir parfois aucun client dans une journée.

«La construction a été très difficile et la COVID aussi. Depuis qu’on a rouvert le magasin, les gens ne sont pas au rendez-vous. Il n’y a pas autant de clientèle comme il y en avait avant. Hier, on n’a eu aucun client. Aujourd’hui, je n’ai rien encore, personne n’est entré dans le magasin», a- admis Mariama Kaké au «24 Heures» vendredi dernier.

Difficile pour les commerçants de la Plaza Saint-Hubert
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

La propriétaire de la boutique de vêtements Espace Urbain, située entre les rues Bellechasse et Rosemont, a elle aussi remarqué une baisse d’achalandage sur le tronçon commercial montréalais.

«Il y a moins de trafic sur la rue. Les gens ont moins tendance à venir magasiner sur la rue Saint-Hubert. Ça affecte mon achalandage. C’est pour ça que je suis plus agressive côté visibilité avec les publicités et les réseaux sociaux», a observé Keithy Antoine.

Sociofinancement

Les travaux sur la Plaza Saint-Hubert, entamés depuis l'été 2018, sont presque terminés, mais ont néanmoins eu le temps de nuire à plusieurs marchands.

Pour aider les commerçants à se relever, une campagne de sociofinancement a été mise en place. Celle-ci fonctionne par bons d'achat, que l'on peut se procurer pour faire des emplettes chez l'un des 120 commerçants participants.

«La Ville de Montréal est impliquée. Pour chaque dollar dépensé, la Ville bonifie d’une valeur de 50 %. Par exemple, si vous dépensez un montant de 20 $, la Ville ajoute 10 $. Le client a donc une valeur de 30 $ au lieu de 20 $», a expliqué le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) Plaza St-Hubert, Mike Parente.

Difficile pour les commerçants de la Plaza Saint-Hubert
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Celui-ci trouve d'ailleurs les commerçants «très résilients».

«Il y a eu une baisse de 20 % à 35 % d’achalandage avec les travaux. C’est la réalité. L’achalandage n’est pas nécessairement totalement revenu, mais il faut tenir compte de la pandémie. Ça n’a pas aidé personne», a-t-il dit.

On peut participer à cette initiative en se rendant à www.laruchequebec.com et en tapant «Plaza Saint-Hubert» dans la barre de recherche.

Fermetures?

L'initiative est d'autant plus appréciée que certains commerçants se demandent s'ils devront fermer.

«Il y a des commerçants à qui je parle qui entrevoient fermer. Les gens réfléchissent beaucoup sur leurs stratégies d’affaires. Les gens planifient leurs projets et d’autres doivent annuler», a raconté Keithy Antoine, qui a cru devoir fermer boutique au pire moment de la crise de la pandémie.

«On parle déjà de reconfinement... Il faut être prêt à tout, il faut être capable de se projeter dans le futur et dans le contexte de la COVID, c’est très difficile à savoir quand on est entrepreneur. C’est du jamais vu», a-t-elle ajouté.

Mariama Kaké, elle, n'a pas l'intention de fermer pour le moment, mais déplore les difficultés financières auxquelles sa boutique doit faire face.

Difficile pour les commerçants de la Plaza Saint-Hubert
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«Il n’y a pas de clients, mais les dépenses restent les mêmes. J’ai dû parfois payer de ma propre poche pour payer mes factures. C’est difficile», a dit celle qui aurait aimé avoir davantage de soutien de la Ville pendant les travaux.

«La Ville ne nous a donné aucune subvention concernant les travaux. Il n’y a eu aucune baisse des loyers et aucune subvention. Les frais pour payer le loyer sont restés les mêmes», a-t-elle déploré.