/news/society
Navigation

[PHOTOS] Le Vieux-Québec déserté

Le tiers des répondants à un sondage disent favoriser les séjours en nature

La terrasse Dufferin, habituellement animée par les amuseurs publics durant le Festival d’été, était bien tranquille hier, à part quelques touristes qui n’avaient pas peur de se faire décoiffer par le vent.
Photo Jean-François Desgagnés La terrasse Dufferin, habituellement animée par les amuseurs publics durant le Festival d’été, était bien tranquille hier, à part quelques touristes qui n’avaient pas peur de se faire décoiffer par le vent.

Coup d'oeil sur cet article

La campagne publicitaire pour attirer les touristes québécois dans la capitale nationale donne des résultats décevants aux yeux de plusieurs commerçants qui n’ont jamais vu les rues aussi peu achalandées.

Le pari d’inviter les Québécois à venir profiter des attraits de Québec en dépit de la COVID-19 est loin d’être gagné. 

«Le Vieux-Québec est désert. Ça fait 11 ans que j’exploite ma boutique, je n’ai jamais vu ça. On ne reconnaît pas notre Vieux-Québec», a partagé Claire Gagnon, propriétaire de la boutique Ziba, sur la rue Sainte-Anne, qui peut accueillir une centaine de clients à la fois durant la haute saison. 

La terrasse Dufferin, habituellement animée par les amuseurs publics durant le Festival d’été, était bien tranquille hier, à part quelques touristes qui n’avaient pas peur de se faire décoiffer par le vent.
Photo Jean-François Desgagnés

Cet été, comme rien n’est pareil, elle et son mari tiennent le fort avec une seule employée. 

«C’est sûr qu’on espérait avoir un achalandage supérieur à celui que l’on connaît actuellement parce que ça ne ressemble pas du tout à nos chiffres d’affaires habituels. On ne peut pas compter sur la clientèle internationale. Les Américains, on oublie ça. Même chose pour les bateaux de croisière. C’est une situation temporaire qui fait mal», a-t-elle ajouté. 

Intentions de voyage

Selon un sondage mené par Tourisme Québec sur les intentions de voyage pour l’été 2020 dans un contexte de pandémie, 33 % des répondants disent qu’ils vont privilégier un séjour en nature. 

La terrasse Dufferin, habituellement animée par les amuseurs publics durant le Festival d’été, était bien tranquille hier, à part quelques touristes qui n’avaient pas peur de se faire décoiffer par le vent.
Photo Jean-François Desgagnés

La Gaspésie arrive au premier rang du top cinq des régions à visiter. La ville de Québec se glisse au deuxième rang devant le Bas-St-Laurent, Charlevoix et les Laurentides.

«C’est presque mort. C’est comme en hiver. On garde toujours espoir. Ça donne l’occasion aux Québécois de découvrir les quartiers touristiques, car c’est plus tranquille. À propos de notre chiffre d’affaires, ça fait mal au cœur», a partagé Sourur Majjadi, gérante de la boutique L’Oiseau du paradis, dans le quartier Petit Champlain. 

Sourur Majjadi
Photo Jean-François Desgagnés
Sourur Majjadi

L’hôtelière Michelle Doré, qui possède plusieurs hôtels à Québec, dont l’hôtel Champlain, considère quant à elle que la situation est «catastrophique» dans le Vieux-Québec.

«Les Québécois ne sont tout simplement pas au rendez-vous», dit-elle.

«Comment voulez-vous qu’on arrive? Juste pour l’hôtel Champlain, je paie 200 000 $ de taxes foncières. Les assurances, cette année, dans le Vieux-Québec, ont plus que doublé. Je ne sais pas où je m’en vais», a-t-elle partagé.

La terrasse Dufferin, habituellement animée par les amuseurs publics durant le Festival d’été, était bien tranquille hier, à part quelques touristes qui n’avaient pas peur de se faire décoiffer par le vent.
Photo Jean-François Desgagnés

Alors que ses hôtels affichent complet durant les vacances de la construction, cette année, Mme Doré doit composer avec un 35 % d’occupation les fins de semaine et 20 % les jours de semaine.

«La relance de l’industrie touristique ne fonctionne pas pour les villes», constate Mme Doré. 

Bonne figure

Pourtant, la région de Québec fait bonne figure au bilan de la COVID-19. Ce n’est pas la raison pour laquelle les touristes manquent à l’appel. Bien qu’elle représente la 3e région en importance au Québec en termes de population, la Capitale-Nationale se classe au 7e rang des régions pour le nombre de cas confirmés (1896 cas en date du 14 juillet sur 56 730 au Québec). 

Des visiteurs contents malgré tout   

La terrasse Dufferin, habituellement animée par les amuseurs publics durant le Festival d’été, était bien tranquille hier, à part quelques touristes qui n’avaient pas peur de se faire décoiffer par le vent.
Photo Jean-François Desgagnés

«On vient en visite chaque année voir nos amis à Québec. Par contre, c’est rare qu’on vient marcher dans le Vieux-Québec. Cette année, on s’est dit qu’il y aurait moins de monde. C’est pour ça qu’on est ici.»

– Johanne Cinq-Mars de Chelsea, en Outaouais 


«Je suis 100 % Mexicaine et je vis à Montréal depuis 12 ans. On a fait un spécial pour venir à Québec parce qu’on était tannés d’être confinés. On découvre des endroits qu’on ne connaissait pas, comme la baie de Beauport.»

– Anel Rodriguez de Montréal 


La terrasse Dufferin, habituellement animée par les amuseurs publics durant le Festival d’été, était bien tranquille hier, à part quelques touristes qui n’avaient pas peur de se faire décoiffer par le vent.
Photo Jean-François Desgagnés

«On vient d’acheter une nouvelle roulotte et on voulait l’essayer. On s’est dit que Québec, c’était la meilleure place pour le premier voyage. Si on reste chez nous, on va devenir fou. Ça fait du bien de sortir un peu.»

– Jean-Roger Savard de Rosemère