/news/society
Navigation

Allégation d'inconduite sexuelle: Dénoncé, Éric Lapointe «nie catégoriquement»

L’artiste accusé sur Facebook d’avoir tenté d’agresser une figurante d’un vidéoclip

ART-ANNIVERSAIRE-ERIC LAPOINTE
Photo d’archives Le chanteur rockeur Éric Lapointe que l’on aperçoit en spectacle au MTelus en septembre 2019, fait partie des nombreux membres de la colonie artistique du Québec visés par des allégations de nature sexuelle.

Coup d'oeil sur cet article

La vague de dénonciations publiques a rattrapé Éric Lapointe et, comme son ancien gérant Yves-François Blanchet, l’enfant terrible du show-business québécois a nié l’infraction de nature sexuelle qui lui a été reprochée par une femme sur Facebook.

Le nom du chanteur, connu pour ses frasques et sa consommation abusive d’alcool, a fait surface, tard mercredi soir, sur la page des Hyènes en jupons, le même forum où des allégations similaires ont visé le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, la veille.

La femme en question affirme avoir été agressée par le chanteur lors du tournage d’un vidéoclip pour lequel elle avait été embauchée comme figurante, il y a une dizaine d’années.

  • ÉCOUTEZ la chronique culturelle d'Anaïs Guertin-Lacroix à QUB Radio:  

Entraînée dans une pièce

Dans son témoignage, elle soutient que le chanteur l’aurait entraînée dans une pièce, entre deux prises, et aurait tenté de la toucher en se montrant très insistant.

Jeudi matin, l’équipe d’Éric Lapointe a « nié catégoriquement » les allégations le visant dans un message publié aussi sur Facebook. « Il encourage cependant les personnes ayant subi des agressions à porter plainte à la police », mentionne-t-on. 

Yves-François Blanchet, qui a veillé aux intérêts du chanteur rock jusqu’à ce qu’il fasse le saut en politique, à la fin des années 2000, avait de son côté invité la personne responsable des allégations faites à son sujet « à porter plainte aux autorités compétentes ».

Attouchements

Dans l’entourage d’Éric Lapointe, tout le monde est resté silencieux. Ni sa maison de disque Instinct Musique, ni son agent de spectacle, ni la firme chargée de ses relations de presse n’ont répondu aux appels du Journal.

Sur le web, plusieurs femmes ont soutenu la dénonciatrice anonyme, et certaines ont témoigné de gestes déplacés de la part du chanteur. Dans des témoignages écrits au Journal, deux d’entre elles ont affirmé, sous le couvert de l’anonymat, avoir été victimes d’attouchements de la part d’Éric Lapointe.

L’une a relaté un événement qui se serait déroulé lors d’une prise de photos avec des fans, en mai 2017, tandis que l’autre a parlé d’un incident qui serait survenu dans une loge où elle s’était rendue avec un photographe et des artistes au bar Exit, à Montréal, en février 2015.

Cette affaire survient alors que Lapointe fait présentement face à des accusations criminelles de voies de fait en lien avec un épisode présumé de violence conjugale. Mis en accusation en octobre 2019, il avait abandonné son fauteuil de coach à La Voix de même que ses nominations au Gala de l’ADISQ.