/finance/business
Navigation

Cirque du Soleil: TPG et la Caisse de dépôt boudées

Le Cirque a préféré l’offre de ses créanciers plutôt que celle de ses actionnaires

Coup d'oeil sur cet article

Le Cirque du Soleil a rejeté l’offre de rachat déposée le mois dernier par ses actionnaires actuels, dont fait partie la Caisse de dépôt, pour lui préférer une proposition faite par ses prêteurs garantis.

• À lire aussi - Cirque du Soleil: une toile d’araignée à l’échelle de la planète

Les créanciers « s’engagent à respecter l’histoire du Cirque tout en préparant l’entreprise pour un avenir radieux », a assuré jeudi Gabriel de Alba, directeur général de Catalyst Capital, la firme à la tête des prêteurs, qui sont basés au Canada anglais et aux États-Unis.

« Le vif esprit artistique et innovateur du Québec sera au cœur de nos plans », a ajouté M. de Alba.

Actionnaires éjectés

En acceptant l’offre des prêteurs, le Cirque a mis de côté celle de ses actionnaires : la firme texane TPG, le fonds chinois Fosun et la Caisse.

Ces derniers ont encore la possibilité de déposer une autre offre au Cirque. Comme les autres acheteurs potentiels de l’entreprise, dont Guy Laliberté, ils ont jusqu’au 10 août pour le faire.

L’offre des prêteurs sera présentée vendredi matin en Cour supérieure à Montréal. Si elle devait être retenue au terme du processus d’enchères, il n’y aurait plus de présence québécoise dans la propriété du Cirque pour la première fois depuis sa fondation, il y a 36 ans.

  • ÉCOUTEZ la chronique économique d'Yves Daoust à QUB radio :

La Caisse pourrait perdre gros

La Caisse perdrait alors les 79 millions $ investis en 2015 pour acquérir 10 % du Cirque, les 40 millions $ prêtés à l’entreprise l’an dernier et la somme inconnue déboursée en février pour mettre la main sur la participation restante de 10 % détenue par M. Laliberté.

L’offre des prêteurs prévoit le maintien du siège social du Cirque à Montréal et la création de deux fonds totalisant 20 millions $ US pour verser une partie des sommes dues aux employés et aux travailleurs pigistes remerciés. Ces éléments faisaient également partie de l’offre des actionnaires.

« Nous sommes heureux de voir que les créanciers ont intégré ces engagements clés à leur soumission », ont fait savoir TPG, Fosun et la Caisse jeudi.

Pas besoin de l’État

Les prêteurs promettent d’injecter jusqu’à 375 millions $ US pour la relance du Cirque, et ce, sans avoir besoin de l’aide du gouvernement.

Dans leur offre, TPG, Fosun et la Caisse s’engageaient à investir 300 millions $ US dans la relance du Cirque, mais les deux tiers de cette somme provenaient d’un prêt de Québec. 

Avec l’offre des prêteurs, la dette du Cirque fondrait de 1,1 milliard de dollars américains à 300 millions de dollars américains. Cela exclut toutefois les autres créances, dont les dizaines de millions de dollars dus aux fournisseurs. 

Les prochaines étapes  

10 août

▶ Date limite pour déposer une offre d’achat

Semaine du 17 août

▶ Choix de la proposition gagnante

14 septembre

▶ Clôture de la transaction