/news/politics
Navigation

Bourses étudiantes: Aucune concurrence pour l’organisme WE Charity

Ottawa n’a considéré aucune autre organisation pour administrer 900 M$ en bourses

CANADA-BUDGET/
Photo d'archives Le premier ministre Justin Trudeau et le ministre des Finances Bill Morneau après le dépôt du budget en mars 2019. On ignore s’ils témoigneront devant le Comité des Communes sur les finances pour faire la lumière sur l’entente avec WE Charity.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | WE Charity a été la seule organisation considérée pour gérer les 900 millions $ en bourses fédérales pour le bénévolat étudiant. 

• À lire aussi: Le commissaire à l'éthique enquêtera sur Morneau

• À lire aussi: Plus de 1 M$ pour fêter «l’avenir du Canada»

• À lire aussi: Un concert d’excuses à Ottawa

C’est ce qu’a indiqué la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse, Bardish Chagger, qui a témoigné jeudi devant le Comité des Communes sur les finances, réuni pour faire la lumière sur cette entente.

La ministre Bardish Chagger, qui a témoigné jeudi devant le Comité.
Capture d'écran
La ministre Bardish Chagger, qui a témoigné jeudi devant le Comité.

Mme Chagger a précisé qu’il ne s’agissait pas d’un contrat, mais d’« un accord de contribution ».

La conclusion de ce type d’entente prévoit un processus concurrentiel qui permet à l’État de faire un appel de propositions ouvert afin de choisir le meilleur partenaire. Mais dans ce cas, cette compétition n’a pas eu lieu.

Le gouvernement a plutôt choisi de faire affaire directement avec WE Charity. Cette organisation n’a pourtant pas d’expertise en gestion de bénévoles, a précisé Paula Speevak, la PDG de Bénévoles Canada, dans son témoignage.

Rachel Wernick, sous-ministre adjointe principale à Emploi et Développement social, a expliqué au comité avoir directement contacté le patron de WE Charity, Craig Kielburger, pour une conversation exploratoire en avril.

Mme Wernick a indiqué avoir offert d’appeler M.Kielburger après une conversation avec le ministère des Finances. On sait maintenant que le ministre des Finances Bill Morneau a des liens familiaux avec WE Charity. 

Travaillant « sous pression », les fonctionnaires ont recommandé WE Charity sans statuer sur le risque de conflits d’intérêts, un aspect qu’il revient au cabinet des ministres d’évaluer, selon Mme Wernick.

La sous-ministre déléguée principale de la Jeunesse, Gina Wilson, a expliqué qu’inviter d’autres organisations à soumettre des idées dans le cadre d’un appel à propositions aurait pris de deux à trois mois ce qui était jugé trop long.

« Dans le contexte de la COVID-19, il était impératif d’agir au plus vite », a insisté Mme Wilson.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Trudeau absent

Justin Trudeau et Bill Morneau n’ont toujours pas dit s’ils témoigneraient devant le Comité, comme le demandent les partis d’opposition. Ils font tous deux l’objet d’une enquête du commissaire à l’éthique et au conflit d’intérêts dans ce dossier.

Justin Trudeau a plutôt choisi de renouveler ses excuses publiques jeudi, en compagnie cette fois de la vice-première ministre, Chrystia Freeland, quelques minutes avant le début de l’audience du Comité des Communes.

Par ailleurs, le gouvernement avait jusqu’à présent indiqué que WE Charity toucherait 19,5 M$ pour gérer ce programme de bourses. Or, la ministre Chagger a plutôt indiqué jeudi que l’organisme aurait pu toucher jusqu’à 43,5 M$.