/entertainment
Navigation

Dan Bigras comprend celles qui dénoncent

Il a été visé par des allégations qu’il qualifie de fausses.

Dan Bigras
Photo Chantal Poirier Au début de son émission de radio au 98,5 FM, Dan Bigras a déclaré qu’il comprend « parfaitement pourquoi les victimes ont pris d’assaut les médias sociaux ».

Coup d'oeil sur cet article

Dan Bigras dit comprendre pourquoi les victimes d’inconduites sexuelles prennent d’assaut les réseaux sociaux pour dénoncer leurs agresseurs puisque le « système de justice ne les entend pas », lui qui a été la cible d’allégations sur Facebook.

La vague de dénonciations qui balaie le milieu artistique québécois depuis plus d’une semaine a frappé le chanteur jeudi lorsqu’une victime alléguée a publié un message incriminant sur son compte Facebook sous un pseudonyme.   

  • ÉCOUTEZ la chronique culturelle Anaïs Guertin-Lacroix sur QUB radio:    

 

Au cours des 24 heures suivantes, le message a été retiré, puis remis en ligne.

La femme y relatait une soirée datant d’une dizaine d’années durant laquelle Dan Bigras l’aurait notamment « agrippée par un bras », « collée au mur » et embrassée sans son consentement.

Réponse filmée

Tard jeudi soir, dans une vidéo publiée sur Facebook en guise de réponse à notre demande d’entrevue, Dan Bigras s’est montré catégorique.

« Cette accusation est fausse, a déclaré le chanteur. Je n’ai jamais fait ce qu’elle me reproche. Je ne frenche pas les gens de force. La notion de consensus, c’est au centre de ma vie. Je ne peux pas fonctionner autrement. »

« Cette accusation est fausse », a répété l’artiste de 62 ans.

  • Bernard Motulsky, titulaire de la Chaire de relations publiques et communication marketing de l’UQAM et professeur de communications, revient sur la vague de dénonciations sur QUB Radio:  

Dan Bigras affirme par ailleurs être « avec celles qui dénoncent sur les médias sociaux ».

« Le système de justice ne fonctionne pas. Il faut que vous le fassiez. Je comprends. Ceci dit, il me reste quoi pour me défendre ? J’ai juste ma parole. Pour plusieurs, ça ne sera pas suffisant. Je ne peux rien y faire », a-t-il déclaré.

Au micro du 98,5 FM Montréal vendredi, Dan Bigras a réitéré sa position en ouverture d’émission, qualifiant les allégations de « fausses, fausses, fausses, complètement fausses ».

« Je n’ai jamais de ma vie frenché quelqu’un de force. Je sais très bien ce que c’est. C’est une agression sexuelle. C’est très grave. »

Le chanteur s’est avoué « complètement assommé ». Il a également souligné qu’il prenait la situation « au sérieux ».

Son émission s’est déroulée sans heurts.

  • ÉCOUTEZ la chronique de Sophie Durocher parler des contradictions de Dan Bigras à QUB radio:   

Il garde son emploi

Propriétaire du poste de radio, le groupe de télécommunications Cogeco a décidé de maintenir Dan Bigras en poste vendredi.

« Plusieurs listes anonymes sont publiées sur les réseaux sociaux depuis quelques jours concernant différents types d’allégations, a noté Mme Dicaire. Nous prenons la situation très au sérieux, mais nous devons également baser nos réflexions et décisions sur des faits vérifiés et analysés. », a indiqué dans un message texte envoyé au Journal, la directrice principale des communications de l’entreprise, Christine Dicaire.

« En aucun cas nous [ne] voulons banaliser la situation », a-t-elle ajouté.