/lifestyle/family
Navigation

Apiculture urbaine

CASA 0718 Fleurs et potager
Photo courtoisie, Albert Mondor Abeilles domestiques au travail

Coup d'oeil sur cet article

Avec le déclin des populations d’abeilles domestiques partout sur la planète, l’apiculture urbaine est plus populaire que jamais. Depuis quelques années, le nombre de ruches installées dans les villes nord-américaines est en constante progression. Uniquement dans la région de Montréal, on compte actuellement près de 1000 ruches !

Si vous souhaitez poser un geste pour la sauvegarde des abeilles, outre le fait de planter des fleurs riches en nectar et d’installer un hôtel conçu pour attirer les insectes pollinisateurs, vous pouvez envisager de parrainer une ruche urbaine. Cela permet d’une part de lutter contre le déclin des abeilles domestiques tout en s’éduquant aux bienfaits de ces insectes, à leur mode de vie et aux techniques d’entretien d’un rucher.

Il est important de ne pas confondre l’abeille domestique avec la guêpe, beaucoup plus agressive que celle-ci. Cette dernière possède un corps glabre très étroit entre l’abdomen et le thorax, contrairement à l’abeille qui a un corps poilu et dodu, sans constriction près de l’abdomen.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Il est important de ne pas confondre l’abeille domestique avec la guêpe, beaucoup plus agressive que celle-ci. Cette dernière possède un corps glabre très étroit entre l’abdomen et le thorax, contrairement à l’abeille qui a un corps poilu et dodu, sans constriction près de l’abdomen.

Précautions

Il est toutefois important de se procurer une ruche auprès d’un apiculteur expérimenté qui se spécialise en apiculture urbaine afin de prévenir divers problèmes, dont l’essaimage, et surtout, pour éviter qu’il y ait trop de ruches disposées dans un même endroit où les ressources sont limitées, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur les espèces d’insectes pollinisateurs indigènes.

Ainsi, certaines entreprises spécialisées en apiculture urbaine font la location de ruches. En plus de donner la formation, ces entreprises s’occupent de certains travaux d’entretien essentiels, dont l’extraction du miel à la fin de la saison et l’hivernage de la ruche. 

CASA 0718 Fleurs et potager
Photo courtoisie, Albert Mondor

Entretien régulier

Il est essentiel que les abeilles aient un accès permanent à une source d’eau propre à proximité du lieu où est située leur ruche (jardin d’eau, bassin, etc.). Lorsque cela est possible, il est souhaitable d’installer la ruche près d’une source d’eau naturelle, comme une rivière ou un lac. Dans tous les cas, il faut éviter que les abeilles occasionnent des désagréments en étant attirées par les piscines ou d’autres sources d’eau du voisinage.

Les soins à apporter à une colonie d’abeilles ne sont pas très complexes et fastidieux. Il s’agit d’effectuer des visites du rucher à des intervalles réguliers ne dépassant pas 15 jours. Dans certaines périodes critiques, comme durant la saison d’essaimage par exemple, les visites doivent être un peu plus fréquentes. Tenez un journal dans lequel vous décrirez brièvement à quel moment vous avez effectué les visites et quelles activités ont été réalisées.

Effectuez des manipulations dans la ruche lorsque la température est propice, en fin de matinée ou en début d’après-midi, par temps ensoleillé. Procédez le plus rapidement possible tout en restant calme et en dérangeant les abeilles le moins possible. Pour diminuer l’agressivité des abeilles, évitez d’effectuer des manipulations dans la ruche lorsqu’il y a beaucoup d’activités humaines dans le voisinage ou par temps froid et pluvieux. Utilisez un enfumoir et des vêtements de protection adéquats au moment des manipulations.

Abeille en train de butiner une fleur
Photo courtoisie, Albert Mondor
Abeille en train de butiner une fleur

Finalement, il est très important de prévenir l’essaimage, un phénomène au cours duquel la reine et une partie des ouvrières quittent la ruche pour former une nouvelle colonie. Le meilleur moyen d’éviter ce problème est assurément de veiller à ce que la colonie ne manque jamais d’espace. Le fait de remplacer la reine régulièrement permet aussi de réduire les risques d’essaimage. 

Trop d’abeilles en milieu urbain ?

  • On peut certainement se réjouir du développement de l’apiculture urbaine. Toutefois, certains experts se demandent si le territoire contient suffisamment de ressources en nectar et en pollen pour nourrir les abeilles nouvellement arrivées et les pollinisateurs indigènes qui occupent ces espaces depuis toujours. La cohabitation est-elle possible ? 
  • Le biologiste Frédéric McCune, qui a consacré son mémoire de maîtrise à l’impact de l’apiculture urbaine sur les abeilles sauvages à Montréal, invite à la prudence. Toutefois, les résultats qu’il a obtenus n’ont pas démontré d’effet négatif sur les abeilles indigènes, ce qui laisse croire à une cohabitation possible. 

Des abeilles dans votre cour

Si vous souhaitez élever des abeilles domestiques chez vous ou sur le terrain de votre entreprise, il faut tout d’abord vérifier auprès des autorités de votre municipalité si la réglementation permet l’installation de ruches sur son territoire.

Il est également primordial de respecter la réglementation provinciale en ce qui concerne la localisation des ruches. Ainsi, les ruches doivent être disposées à une distance minimale de 15 mètres d’une route publique ou d’une maison. Par contre, on peut installer une ruche plus près d’une rue ou d’une résidence sise sur un terrain ceinturé d’une clôture pleine d’au minimum 2,5 mètres de hauteur. 

De plus, il est obligatoire d’enregistrer votre ruche au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, et d’y apposer une inscription indiquant, en caractères indélébiles d’au moins un centimètre de hauteur, votre nom et votre adresse.

Ruches disposées en milieu rural.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Ruches disposées en milieu rural.

Le nombre de ruches doit être déterminé en fonction de la réserve de nectar à disposition. S’il y a trop de ruches dans un même endroit, cela peut avoir un impact négatif sur les espèces d’abeilles indigènes. Ainsi, il est absolument essentiel de prendre en considération les autres ruches installées à proximité. C’est pourquoi il est préférable de faire l’installation de votre ruche en collaboration avec un apiculteur spécialiste qui saura utiliser les outils à sa disposition afin de localiser les autres ruches. 

Il faut disposer une ruche dans un lieu ensoleillé et sec, à l’abri des grands vents. Il est également très important de la placer dans un environnement calme où il y a peu d’activité, de manière à ce que la trajectoire de vol des abeilles ne traverse pas des lieux où circulent fréquemment des gens. En milieu urbain particulièrement dense, on peut installer une clôture ou des arbustes assez hauts afin de diriger la trajectoire de vol des abeilles à plus de 2,5 mètres du sol et rendre la ruche moins visible du voisinage.