/sports/fighting
Navigation

Combat de Kim Clavel à Las Vegas: un exemple pour la Santé publique selon Michel

Kim Clavel (gauche)
Photo d'archives, Martin Chevalier Kim Clavel (gauche)

Coup d'oeil sur cet article

Le promoteur Yvon Michel croit que le combat de Kim Clavel à Las Vegas servira d’exemple aux autorités de la Santé publique du Québec.  

• À lire aussi: La santé publique ne veut rien savoir

• À lire aussi: Retour des sports de combat en France

«Ce sera une belle preuve démontrée par quelqu’un de chez nous qu’il est possible de faire des combats de façon sécuritaire, a souligné Michel. Le protocole de Top Rank, que devront suivre Kim et son équipe, compte six pages. Tout est super bien structuré.»

Même s’il appuie la démarche de Camille Estephan, il n’a pas parlé au patron d’Eye of the Tiger Management dans les derniers jours sur une possible alliance pour des discussions avec le gouvernement. 

«Je n’ai pas eu l’occasion de le faire, a ajouté Michel. De ce que je sais, le plan de Camille ressemble à celui de l’UFC en plusieurs points. Le gros problème, ce n’est pas le protocole, mais bien l’absence de dialogue avec les autorités de la Santé publique. 

«C’est ce qui rend la situation encore plus outrageante.»

Au cours des derniers jours, Estephan a reçu une bonne nouvelle alors que la Santé publique a ouvert la porte aux discussions. Est-ce qu’on pourrait avoir droit à une bonne nouvelle la semaine prochaine? 

Une chose est sûre, la pression est forte sur le docteur Horacio Arruda et son groupe de conseillers. 

Peu de changements

Les boxeurs peuvent être parfois superstitieux avant un combat. Toutefois, avec le protocole instauré, la bulle de Top Rank, certaines habitudes peuvent être bousculées. 

Mais pas Kim Clavel. Elle est très à l'aise avec la situation qu’elle va vivre dans les prochains jours. 

«Je n’aurais pas à changer grand-chose parce que je suis dans une sorte de bulle depuis le début de mon camp d’entraînement, a souligné la boxeuse de 29 ans. Je suis confinée avec mes entraîneurs. Cette bulle, on va simplement la transporter à Las Vegas. 

«Je suis habituée de suivre des règlements et des protocoles. J’ai travaillé dans les CHLSD et des protocoles, j’ai dû en suivre. Ce n’est pas quelque chose qui me déboussole. Bien au contraire.»