/news/politics
Navigation

Un «pseudo scandale éthique» selon une députée libérale

Coup d'oeil sur cet article

Les libéraux font front commun pour empêcher le comité de l’éthique de la Chambre des communes d’examiner l’affaire WE Charity, qu’ils qualifient maintenant de « pseudo scandale éthique ».

• À lire aussi: Aucune concurrence pour l’organisme WE Charity

• À lire aussi: Plus de 1 M$ pour fêter «l’avenir du Canada»

« C’est honteux, s’est insurgé le député conservateur Michael Barrett. Qu’avez-vous à cacher ? »

À la demande de l’opposition, le comité de l’éthique s’est réuni en urgence vendredi afin de décider s’il examinerait ou pas les mesures mises en place pour éviter les conflits d’intérêts dans l’entente de près d’un milliard de dollars entre le fédéral et WE Charity.

L’opposition souhaite que Justin Trudeau et sa chef de cabinet, Katie Telford, s’expliquent.

Élisabeth Brière.
Députée libérale
Photo courtoisie
Élisabeth Brière. Députée libérale

Mais les députés Brenda Shanahan, Élisabeth Brière, Greg Fergus et Francis Scarpaleggia ont plaidé que cette affaire ne relevait pas du mandat du comité de l’éthique.

Mme Brière, députée de Sherbrooke, a même minimisé l’affaire, la qualifiant de « pseudo scandale éthique ».

Obstruction libérale

Le néo-démocrate Matthew Green a dénoncé le caractère « fallacieux » des arguments des libéraux en citant la Loi sur l’éthique pour questionner les milliers de dollars que WE Charity a versés à la mère, au frère et à l’épouse de Justin Trudeau.

« Aucun titulaire de charge publique ne devrait utiliser son poste pour faire avancer ses intérêts personnels ou ceux des membres de sa famille ou de ses amis », a-t-il insisté.

Mais, évitant le cœur du problème, les élus libéraux se sont livrés à de longs monologues, allant de la Grèce antique au Canadien de Montréal, en passant par les universités, les cheveux et le b.a.-ba du latin.

Pour le néo-démocrate Charlie Angus, il s’agissait clairement de manœuvres d’« obstruction » pour éviter un vote. La séance a en effet été levée sans que le comité puisse décider s’il examinera l’affaire WE Charity.

Morneau s’expliquera

Pour les libéraux, l’enquête du commissaire à l’éthique et au conflit d’intérêts sur le premier ministre et le ministre des Finances, Bill Morneau, est suffisante.

Le ministre des Finances a aussi indiqué qu’il s’expliquera au comité des communes sur les finances, mais on ne sait toujours pas si Justin Trudeau suivra.

En parallèle, les conservateurs ont réclamé vendredi une enquête du commissaire au lobbying, car le fondateur de WE Charity, Craig Kielburger, a été en contact direct avec des membres du gouvernement sans être inscrit au registre des lobbyistes.