/news/politics
Navigation

WE Charity: lobbying illégal?

Coup d'oeil sur cet article

*MISE À JOUR* Le ministre des Finances Bill Morneau a affirmé vendredi qu'il accepte de comparaître devant un comité parlementaire qui se penche sur l'affaire WE Charity, mais que la date reste à être déterminée.


Les conservateurs réclament une enquête du commissaire au lobbying dans l’affaire WE Charity. 

• À lire aussi - WE Charity: front commun des libéraux pour empêcher le comité de l'éthique d'examiner la controverse

• À lire aussi - Le commissaire à l'éthique enquêtera sur Morneau

La requête s’appuie sur les témoignages entendus hier au comité des finances.

Lors de ces témoignages, on a appris que le fondateur de WE Charity, Craig Kielburger, avait été en contact direct avec des ministres avant que les fonctionnaires ne commencent à créer le programme de bourses canadiennes pour le bénévolat étudiant.

«Ils [WE Charity] avaient déjà fourni à plusieurs officiels et ministres une proposition relative à l’entreprenariat pour les jeunes et avaient indiqué que cette proposition pouvait être adaptée», a dit Rachel Wernick, sous-ministre adjointe principale à Emploi et Développement social Canada.

La fonctionnaire a expliqué que c’est ce qui l’a motivée à contacter M. Kielburger, quand le gouvernement a demandé à son équipe de construire en urgence un programme pour aider les jeunes privés d’emploi d’été en raison de la pandémie.

Or, aucune activité de lobbying émanant de WE Charity ou de M. Kielburger n’est inscrite au registre du lobbying dans ce dossier, indiquent les députés conservateurs Pierre Poilièvre et Michael Barrett.

Le premier ministre et le ministre des Finances font d’ores et déjà l’objet d’une enquête du commissaire à l’éthique dans ce dossier que les libéraux qualifient maintenant de «pseudo scandale éthique».