/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Masque obligatoire: les commerçants refusent de «jouer à la police»

Masque obligatoire: les commerçants refusent de «jouer à la police»
Photo Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement doit rapidement mettre en place des amendes proportionnées visant directement les consommateurs qui ne portent pas de couvre-visage, estiment des organisations représentant des commerçants et des entreprises qui réclament de la flexibilité.

• À lire aussi: [EN DIRECT 18 JUILLET] Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Fort appui au masque obligatoire

En vigueur dès samedi, le port du couvre-visage est désormais obligatoire dans les lieux publics clos, mais les marchands s’inquiètent d’avoir à jouer le rôle d’agents de la paix.

Plus d’une dizaine d’organisations ont plaidé, samedi, pour que Québec ajuste le tir et responsabilise les individus.

«La logique dicte qu'on paie pour nos propres fautes et non pour celles des autres. Cette même logique devrait s'appliquer à cette nouvelle obligation», a soutenu Gopinath Jeyabalaratnam, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

S’ils s'entendent sur l’importance et la nécessité de mettre en place des meilleures mesures pour éviter la propagation de la COVID-19, ces organisations représentant presque l'ensemble des entreprises en appellent à une responsabilité citoyenne.

Ainsi, ils regrettent que des mesures dissuasives visant les consommateurs n’aient pas été instaurées, notamment à court terme.

«Alors que les détaillants ont prouvé qu'ils agissent de façon responsable dans les mesures sanitaires imposées, pourquoi on sent maintenant le besoin de leur imposer des amendes pour appliquer la mesure du port du masque par les clients?» s’est demandé Stéphane Drouin, directeur général du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD).

Les organisations ont tenu à rappeler que «jusqu'ici, l'ensemble des risques et du stress liés à l'application des règles incombe aux employés et exploitants des commerces».

«Certains commerces, déjà à bout de ressources, devront encore une fois puiser dans des poches déjà vides afin d'allouer du personnel à la fonction policière que le gouvernement nous impose. N'en jetez plus, la cour est pleine», a dit Marc Fortin, président du Conseil canadien du commerce de détail - Québec (CCCD).

David Lefebvre, vice-président des Affaires fédérales pour le Québec chez Restaurants Canada n’a pas hésité à soutenir que «le précédent créé est dangereux».

«Il est insensé que des employés de restaurants soient responsables du port du masque chez les clients et que les seules amendes ou pénalités excluent les individus qui seraient éventuellement fautifs», a-t-il déploré.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.