/weekend
Navigation

Une agréable lecture de vacances

WE 0718 EN MODE LECTURE 
Les étincelles
Photo courtoisie Les étincelles
Julien Sandrel
Aux Éditions Calmann-Lévy, 412 pages

Coup d'oeil sur cet article

Fidèle à lui-même, l’écrivain français Julien Sandrel nous offre une histoire à la fois facile à lire et pleine de rebondissements. Bref, une histoire parfaite pour les vacances !

Il y a deux ans seulement, le Français Julien Sandrel publiait son premier roman, La chambre des merveilles. Un roman qui a séduit plusieurs dizaines de milliers de lecteurs, qui a remporté quelques prix et qui devrait bientôt faire l’objet d’une adaptation cinématographique. 

Tout ça pour dire que l’écrivain en est maintenant à son troisième livre, qui devrait lui aussi faire bien des étincelles. Et pas seulement parce qu’il met en scène une jeune femme prénommée Phoenix ! 

Des apparences trompeuses

À 23 ans, Phoenix a complètement laissé tomber deux choses : ses études de musique et son plus grand rêve de jeunesse, qui était de devenir pianiste concertiste. À la place, elle s’est inscrite à la fac de sciences et continue à faire tout son possible pour ne plus penser à son père, même si ça fait déjà trois ans qu’il s’est tué. Dans un accident de la route, quelque part en Colombie. Et c’est là tout le drame. Apparemment, il y avait une maîtresse et c’est en allant la retrouver qu’il a plutôt trouvé la mort. Alors dans la famille, on préfère ne plus parler de lui. 

Mais un jour, Phoenix sortira du carton estampillé « À oublier » le vieux walkman de son père. Puis, tentant de le faire fonctionner, elle remarquera un petit bout de papier coincé dans l’appareil qui changera tout. Oui, son père était en Colombie. Sauf que contrairement à ce que tout le monde croit, il ne s’y était peut-être pas rendu pour tromper sa femme avec une autre... 

À mi-chemin entre le thriller écologique et la saga familiale, une histoire qui se lit sans effort. 

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

L’empreinte

Alex Marzano-Lesnevich<br/>
aux Édition 10/18<br/>
456 pages
Photo courtoisie
Alex Marzano-Lesnevich
aux Édition 10/18
456 pages

En 1992, à Iowa, un pédophile en liberté conditionnelle du nom de Ricky Langley va étrangler sans trop savoir pourquoi le petit Jeremy Guillory, six ans. Une sale affaire qui va profondément marquer la jeune étudiante en droit Alexandria Marzano-Lesnevich. Ce livre, qui s’est glissé l’an dernier dans notre palmarès des meilleurs romans étrangers, a aussi remporté tout plein de prix, dont celui des libraires du Québec. 

Je cultive mon potager pour les nuls

Philippe Collignon et Charlie Nardozzi<br/>
Éditions First<br/>
312 pages
Photo courtoisie
Philippe Collignon et Charlie Nardozzi
Éditions First
312 pages

Profitant de la formule « pour les nuls », ce guide explique tout ce qu’on a besoin de savoir pour pouvoir faire pousser facilement tomates, poivrons, aubergines, haricots, choux, petits pois, courges, fines herbes ou légumes racines. Seul bémol, il a surtout été conçu pour nos cousins français, dont les hivers sont nettement moins rudes et moins longs qu’ici...

La vie sans sucre c’est facile !

Sarah Wilson<br/>
Éditions Larousse<br/>
384 pages
Photo courtoisie
Sarah Wilson
Éditions Larousse
384 pages

Ce livre, qui doit peser pas loin de trois kilos, vaut vraiment son pesant d’or. Pour ses quelque 300 recettes faciles à faire, certes, mais aussi pour toutes les bonnes habitudes qu’il souhaite nous inculquer : manger plus sainement, éliminer les produits transformés autant que faire se peut, utiliser les restes de manière à jeter le moins possible et, bien sûr, cuisiner sans ajouter de sucre. Ce qui vaut même pour les desserts ! 

Frissons garantis

Femmes sans merci

Camilla Läckberg<br/>
Aux Éditions Actes Sud<br/>
144 pages
Photo courtoisie
Camilla Läckberg
Aux Éditions Actes Sud
144 pages

Les femmes sans merci qui ont inspiré le titre de ce court polar signé Camilla Läckberg ont d’abord toutes été à la merci d’un homme cruel et absolument détestable. Commençons par Tommy Steen, qui est peut-être le moins pire du lot. Rédacteur en chef d’un important tabloïd suédois, il a demandé à sa femme Ingrid de sacrifier sa brillante carrière de journaliste pour jouer les mères de famille à temps plein. Ce qui aurait pu être acceptable s’il ne profitait pas de la moindre occasion pour fricoter avec une présentatrice de 25 ans aux lèvres pulpeuses. Vient ensuite Malte Brunberg, un Suédois mal dégrossi qui a pu se trouver une jeune et jolie épouse russe sur internet. Mais vu la façon dont il va traiter Victoria, d’autres termes qu’« épouse » ne tarderont pas à être nettement plus appropriés. Par exemple, « boniche » ou « esclave sexuelle ». Pour finir, Jacob Nilsson. Le cauchemar de toutes les femmes : renfermé, dur, rancunier, violent. Et calculateur, puisqu’il s’organise toujours pour frapper Birgitta là où ça ne se voit pas. Alors que faire lorsqu’on doit se coltiner au quotidien l’un ou l’autre de ces tristes sires ? Prenant la parole à tour de rôle, Ingrid, Victoria et Birgitta vont rapidement se charger de nous le dire, mais sans trop entrer dans les détails. C’est d’ailleurs le principal point faible du roman.