/sports/racing
Navigation

Grand Prix de Hongrie: le Québécois Lance Stroll au pied du podium

Lance Stroll brillant au 4e rang en Hongrie ; Lewis Hamilton seul au monde

Coup d'oeil sur cet article

Auteur d’un parcours sans faute, Lance Stroll a rallié l’arrivée au quatrième rang à l’issue dimanche d’un Grand Prix de Hongrie de F1 dominé par nul autre que Lewis Hamilton.

• À lire aussi: Renault revient à la charge

• À lire aussi: Grand Prix de Hongrie: «Une gaffe de débutant...»

• À lire aussi: Dur... dur pour Nicholas Latifi

Au volant d’une Racing Point en nette progression, le pilote québécois, qui s’était qualifié à la troisième place la veille en qualifications, obtient ainsi son deuxième meilleur résultat en 65 départs.

Il s’était aussi retrouvé au pied du podium au Grand Prix d’Allemagne, le 28 juillet 2019. Deux ans plus tôt, à sa toute première saison en F1, il se classait troisième en Azerbaïdjan cette fois au volant d’une Williams.

Lewis Hamilton a soulevé le trophée du vainqueur pour la 86<sup>e</sup> fois de sa carrière en F1. Le Britannique n’est plus qu’à cinq victoires du record absolu détenu par Michael Schumacher.
Photo AFP
Lewis Hamilton a soulevé le trophée du vainqueur pour la 86e fois de sa carrière en F1. Le Britannique n’est plus qu’à cinq victoires du record absolu détenu par Michael Schumacher.

Profitant d’une hésitation de Valtteri Bottas, deuxième sur la grille de départ, Stroll a accédé au second rang derrière Hamilton, quelques mètres après l’extinction des feux rouges.

Mais au troisième tour, il perdra cette place chèrement acquise après un premier arrêt hâtif pour changer ses pneus. Tous les autres pilotes, dont les monoplaces étaient également chaussées de pneus « pluie » intermédiaires, avaient aussi effectué une halte après que la piste se soit asséchée. 

« La deuxième meilleure derrière la... Mercedes »

Stroll ressortira des puits de ravitaillement à la cinquième place, non sans se hisser à la troisième position quelques tours plus tard. Mais c’était avant que Bottas ne lui enlève tout espoir d’un deuxième podium en F1.

« En Hongrie, la Racing Point s’est avérée la deuxième meilleure voiture du plateau derrière la Mercedes, s’est exclamé le Montréalais de 21 ans en entrevue avec le réseau britannique Sky Sports. Nous devons être fiers de ce résultat. 

« Mon coéquipier Sergio [Perez] et moi avons accumulé des points précieux au championnat, a-t-il renchéri. C’est de bon augure pour les prochaines courses. » Pour une rare fois, Stroll a devancé son partenaire mexicain, classé septième.

Reste à savoir si ces points seront maintenus à la fiche de l’équipe dirigée par Lawrence Stroll. Car cette autre tenue remarquable des Racing Point, que plusieurs décrivent comme les « Mercedes roses », ne fait pas l’unanimité dans le paddock de la F1. 

Renault a contesté, auprès de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), la légalité des deux monoplaces la semaine dernière en Autriche en prétextant que sa rivale reprenait des composants identiques à ceux de la Mercedes, lauréate du championnat l’an dernier.

Or, l’écurie française est revenue à la charge à l’issue du Grand Prix de Hongrie en déposant d’autres réclamations. La FIA a accepté d’étudier le dossier, mais sa décision se fait toujours attendre.

De bout en bout

Hamilton, lui, s’est montré impérial à Budapest au volant de sa Mercedes. Il n’a pas caché que cette course, qu’il a remportée pour la huitième fois de sa carrière (il égale la marque de Michael Schumacher qui a fait de même au GP de France), lui a procuré de vives sensations. Max Verstappen (Red Bull) et Valtteri Bottas (Mercedes) l’ont accompagné sur le podium. « C’est l’un de mes circuits favoris, a relaté Hamilton. Ici, j’étais un peu seul dans ma course. »

Comme si les 25 points de la victoire n’étaient pas suffisants, le Britannique en a rajouté un autre en réalisant le meilleur tour de la course. Plutôt que de lever le pied, il a joué le tout pour le tout en s’arrêtant au puits de ravitaillement pour chausser sa monoplace de pneus tendres et passer aux actes avec seulement deux tours à franchir.


♦ Après une halte d’une semaine, le grand cirque de la F1 fera escale en Grande-Bretagne les 2 et 9 août au circuit de Silverstone, sur un circuit où ce même Hamilton a remporté cinq des six dernières éditions.

Le film de sa course    

  • Départ | Lance Stroll, qui s’élançait de la 3e place, profite de l’hésitation de Valtteri Bottas pour s’emparer du deuxième rang quelques mètres après l’extinction des feux rouges. Sur une chaussée détrempée, les monoplaces sont équipées de pneus à pluie intermédiaires.   
  • 3e tour | Comme tous les autres pilotes, il effectue un arrêt hâtif au puits de ravitaillement pour permettre aux mécanos de Racing Point d’installer des pneus « slicks » pour piste sèche. Il perdra quelques positions pendant l’opération.   
  • 7e tour | Il double Romain Grosjean pour accéder au 4e rang, puis à la troisième place, quatre tours plus tard, quand il dépasse Kevin Magnussen. Les deux porte-couleurs de l’écurie Haas avaient choisi de rentrer dans les puits avant le signal du départ, ce qui explique leur début de parcours fructueux et surtout inattendu.   
  • 35e tour | Il effectue sa deuxième halte au puits et perd la troisième place au profit de Bottas, qui s’était arrêté plus tôt.   
  • 50e tour | Profitant d’un autre arrêt de Bottas, Stroll s’approche à trois secondes du Finlandais. Ce dernier enchaîne ensuite les tours rapides pour creuser l’écart avec le Québécois.   
  • 52e tour | Dernier arrêt pour Stroll, qui conserve toutefois la 4e position. Derrière lui, Sebastian Vettel, cinquième, n’est pas une menace.   
  • 70e tour | Stroll franchit le fil d’arrivée au quatrième rang, concédant près de 58 secondes au vainqueur Lewis Hamilton. Seulement les cinq premiers à l’arrivée vont parcourir les 70 tours réglementaires. Le coéquipier de Stroll, Sergio Pérez, lui, se classe septième.     

Lance Stroll souhaitait de la pluie en Hongrie  

Les rôles sont inversés au sein de l’écurie Racing Point 

Le pilote québécois a été brillant au volant d’une voiture qui, il est vrai, s’est montrée particulièrement compétitive depuis le début de la saison en F1.

Stroll a disputé une épreuve sans failles et s’est comporté en vétéran. 

Pour une rare fois, il a fait mal paraître Sergio Pérez. Le temps, aussi, de deux séances de qualifications consécutives, doit-on l’avouer.

À Budapest, il a réussi à devancer le Mexicain en qualifications, comme il l’avait aussi fait la semaine précédente en Autriche. Les rôles sont inversés chez Racing Point.

« Une belle sensation »

« Je suis très heureux de mon résultat, a dit Stroll sur les ondes du réseau britannique Sky Sports. Ç’a été une belle sensation d’occuper le deuxième rang en début d’épreuve et de me battre avec Max Verstappen. 

« Notre rythme de course était bon, a-t-il renchéri, et je pense honnêtement qu’une place sur le podium était possible si on avait adopté une stratégie différente. Nous espérions qu’il pleuve afin de nous limiter à deux arrêts plutôt que trois. L’équipe a donc préféré me laisser en piste plus longtemps et Valtteri [Bottas] en a profité.

« C’est quand même prometteur pour la suite des choses. »

Or, les deux prochains Grands Prix auront lieu en Grande-Bretagne, les 2 et 9 août prochains, au mythique circuit de Silverstone. Un tracé dont les longues lignes droites devraient convenir aux... Mercedes roses.