/weekend
Navigation

Jeux: simples et rapides

Coup d'oeil sur cet article

Comme c’est l’été, qu’il fait chaud et qu’on est en vacances, il est agréable de jouer à des jeux assez simples et rapides qui ne nécessitent pas de longues explications.

Tous ces jeux sont faciles à apprendre et sont accessibles à vos jeunes joueurs sans aucun problème.

On peut même vous garantir qu’au moins deux d’entre eux vont susciter des « Encore ! » une fois la partie finie.

Jouons donc de façon légère et amusante sans avoir l’impression de jouer à des jeux pour enfants. 

Wazabi

Photo courtoisie
  • 2 à 6 joueurs 
  • 8 ans + 
  • 20 minutes  

Celui-ci est drôlement amusant et est parfait pour mettre de l’ambiance dans un après-midi pluvieux ou encore dans un apéro où parents et enfants se côtoient.

Le but du jeu est simple, parvenir à se débarrasser des quatre dés que chaque joueur reçoit au début de la partie. C’est comment s’y prendre qui est plus complexe et qui dépend autant de votre stratégie que de la chance.

Photo courtoisie

Il faut d’abord lancer ses dés. Ensuite, les faces des dés vont donner trois options, donner des dés à des adversaires, prendre des cartes ou jouer des cartes.

Plus on a de cartes en main, plus on a de latitude, mais pour jouer celles-ci, il faudra avoir des faces de dés avec le logo du jeu en quantité suffisante.

L’intérêt du jeu vient du fait que moins on a de dés, plus il est difficile de s’en débarrasser.

Et évidemment, moins on a de dés, plus les autres joueurs vont nous refiler les leurs. On peut donc être tout près du but et se retrouver dernier en l’espace d’un tour de table.

Ce jeu tout simple est parfait pour animer une table parce que c’est impossible de jouer sans que tout le monde se mette à parler en même temps.

Il est de plus très rapide, on a donc envie d’enchaîner quelques parties sans voir le temps passer.

Parfait pour tout le monde, même ceux qui sont plus attirés par le Yahtzee ou le Yum

Salade 2 points

Photo courtoisie
  • 2 à 6 joueurs 
  • 8 ans + 
  • 15-30 minutes  

Dans l’univers du jeu de société, l’expression salade de points est souvent employée de façon péjorative pour décrire un jeu qui offre trop de possibilités de faire des points qui, par ailleurs, s’accumulent en trop grande quantité.

Ici, il faut le prendre au sens littéral parce qu’on tente effectivement de faire la salade qui va rapporter le plus de points en fin de partie.

On étale des cartes au centre de la table qui comportent différents légumes. Ces cartes sont recto verso et de l’autre côté, c’est un objectif à atteindre. Une salade à composer.

À son tour, on peut donc prendre une carte objectif ou deux cartes ingrédients et les poser devant soi.

Ça semble tout facile, mais certaines salades vont vous permettre de faire beaucoup de points si elles comptent certains ingrédients, mais si vous avez d’autres ingrédients, vous en perdrez. Il faut donc gérer son stock afin de faire plus de points qu’on en perdra en fin de jeu.

Évidemment, comme le jeu est ouvert, on voit bien les cartes des autres. On peut donc choisir des ingrédients qui ne nous servent pas immédiatement juste pour les enlever au joueur suivant ou pour le coincer avec des ingrédients qui lui feront perdre des points.

Il est donc tout à fait possible de faire des coups pendables à ses adversaires tout en menant sa partie.

Un jeu ultra rapide dont les explications tiennent en quelques lignes et qui se cache dans un tout petit boîtier en métal à peine plus gros qu’un paquet de cartes. 

Carta Impera Victoria

Photo courtoisie
  • 2 à 4 joueurs 
  • 8 ans + 
  • 20-40 minutes  

Voici un petit jeu de civilisation qui tient en une toute petite boîte très fonctionnelle. Le titre est bien pensé puisque Carta Impera Victoria est abrégé par CIV (civilisation), mais ça équivaut aussi à 104 en chiffres romains. Et combien y a-t-il de cartes dans le jeu ? Eh oui, 104 ! Pas bête du tout.

L’objectif est d’avoir l’hégémonie, c’est-à-dire avoir au moins sept cartes de la même couleur dans sa civilisation (huit à deux joueurs). 

On a trois cartes en main et
comme chaque couleur possède un pouvoir différent, certaines couleurs vous permettront d’avoir plus de cartes en main.

Parlons justement des pouvoirs. Ils sont de deux types, il y a ceux de collection qui s’activent quand on a un certain nombr de cartes d’une couleur donnée. Et il y a ceux de défausse, qui s’activent lorsque l’on défausse une carte.

Et, fait intéressant, pour les pouvoirs de collection, ils peuvent être doublés selon le nombre de cartes d’un même type que l’on possède.

À son tour de jeu, le joueur va jouer une carte et ensuite activer les pouvoirs qui lui sont accessibles.

On peut ainsi progresser rapidement, mais aussi nuire aux autres joueurs. D’ailleurs, il faut gérer autant sa civilisation que celles des autres pour ne pas laisser la partie nous glisser entre les doigts.

Autre détail intéressant, les cartes sont divisées en trois paquets différents, les âges I, II et III. Et les couleurs sont divisées différemment d’un âge à l’autre, il faut donc bien gérer les couleurs que l’on accumule sinon on pourrait travailler pour rien.

C’est un jeu bien malin qui nécessite un petit apprentissage pour bien saisir les pouvoirs, mais c’est un jeu très gratifiant puisqu’il nécessite une bonne planification et une belle dose de réflexion.