/news/currentevents
Navigation

Son ex aurait profité du fait qu’elle ne voit pas pour la voler

L’accusé de 30 ans est poursuivi au civil, en plus d’être accusé au criminel

Valérie Horth
Photo Pierre-Paul Poulin Puisqu’elle est incapable de se déplacer seule, Valérie Horth est retournée vivre chez ses parents à la suite de sa séparation.

Coup d'oeil sur cet article

Une jeune femme non-voyante de la Montérégie réclame 55 000 $ à son ex-conjoint, qui aurait profité de son handicap et de sa vulnérabilité pour dilapider toutes ses économies.

« Il y a quelque chose en moi qui s’est brisé quand j’ai appris tout ça, raconte Valérie Horth, une travailleuse sociale de McMasterville. Quand on dit qu’on accorde une confiance aveugle à quelqu’un, bien dans mon cas c’est carrément ça qui s’est passé ! »

Dans une poursuite civile récemment déposée au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield, la femme de 27 ans décrit notamment comment elle a découvert le pot aux roses en mai 2018, alors qu’elle se trouvait en Gaspésie avec sa mère. 

Elle accuse son ex-conjoint, Kévin Lalonde-Rousseau, de lui avoir dérobé plus de 55 000 $.
Photo tirée de Facebook
Elle accuse son ex-conjoint, Kévin Lalonde-Rousseau, de lui avoir dérobé plus de 55 000 $.

Kévin Lalonde-Rousseau, avec qui elle formait un couple depuis quatre ans, était injoignable, et le solde de leur compte conjoint était « anormalement bas », lit-on dans la requête.

En raison du handicap visuel et physique de Mme Horth, qui l’empêche de voir et de sentir quoi que ce soit sur ses doigts, elle avait confié certaines responsabilités à son amoureux de l’époque. 

Gérer les comptes et les factures était l’une d’elles. 

Après vérifications, la jeune femme a réalisé que plusieurs milliers de dollars avaient disparu de leur compte conjoint et de son compte personnel. 

Jeux, outils et vêtements

Celui qui devait s’en occuper aurait plutôt multiplié les retraits et les dépenses, notamment pour acheter des jeux vidéo, des outils et des vêtements, selon le document judiciaire.

Au moment de la séparation, le couple venait d’ailleurs d’acheter sa première maison à Châteauguay. 

Valérie Horth a toutefois déchanté lorsqu’elle a réalisé qu’elle aurait été seule à payer les importants coûts liés à la propriété, comme les frais de notaire et les taxes, en plus des dépenses usuelles, comme l’épicerie.

Au final, la jeune femme estime que la fraude présumée de son ex-conjoint s’élève à plus de 55 000 $ et elle exige un remboursement afin de poursuivre sa vie. 

Stress et dépression

Le stress que lui a occasionné la situation a même affecté sa santé et elle a dû être hospitalisée quelques jours. Elle a également souffert d’une dépression.

« J’ai un nouveau copain depuis un an et demi, et c’est certain que le traumatisme n’est jamais tellement loin, raconte-t-elle. Des fois, j’ai des doutes et je dois me parler et continuer de travailler là-dessus. », lance-t-elle.

Valérie Horth a rapidement mis la maison en vente après la séparation en plus de porter plainte à la police contre Kévin Lalonde-Rousseau, 30 ans. 

Ce dernier a été arrêté en décembre et fait désormais face à des accusations de fraude et de vol au palais de justice de Saint-Hyacinthe. Il a été remis en liberté en attendant la suite des procédures. 

Il a été impossible de joindre l’accusé afin d’obtenir sa version des faits.