/news/society
Navigation

Bisbille au MBAM: le Conseil des Arts du Canada inquiet

Le Musée des beaux-arts de Montréal
PHOTO AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD Le Musée des beaux-arts de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Le Conseil des Arts du Canada juge inquiétant le climat qui règne au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), dans la foulée du renvoi de la directrice, Nathalie Bondil.

• À lire aussi: Le MBAM déjà à la recherche du remplaçant de Nathalie Bondil

• À lire aussi: Modeste rassemblement en soutien à Nathalie Bondil

• À lire aussi: Guerres de pouvoir sur le terrain de jeu du gratin montréalais

Le Conseil est tout particulièrement préoccupé par les circonstances entourant le congédiement de Mme Bondil avant la fin de son contrat, un événement qui a suscité un tollé dans le milieu.

«La nature très publique de la crise actuelle, combinée à des problèmes liés à la santé organisationnelle, au leadership, à la gouvernance et à la gestion des ressources humaines, a fait en sorte que nous avons dû informer le musée qu’il avait reçu une cote de situation inquiétante», a exposé l'organisme.

En raison de cette cote, le Conseil compte suivre de près les développements dans la saga du renvoi de Mme Bondil. Le conseil d'administration du MBAM a annoncé avoir déjà entamé le processus pour trouver la personne qui remplacera Mme Bondil, tandis que le gouvernement provincial a indiqué qu'il examinerait le dossier.

Il est à noter que le MBAM fait partie des musées canadiens qui reçoivent une subvention du Conseil des Arts du Canada. La situation «inquiétante» observée au Musée ne sera pas nécessairement un frein à ce financement, a cependant tenu à souligner l'organisme fédéral où Nathalie Bondil occupe le poste de vice-présidente du conseil d’administration.

La bisbille au MBAM a éclaté dans la foulée de la nomination de Mary-Dailey Desmarais à titre de directrice de la conservation. Mme Bondil s'était opposée à cette nomination, selon elle imposée par le conseil d'administration du musée.

Le conseil d'administration du MBAM, de son côté, a reproché à son ancienne directrice d'avoir refusé de se plier à certaines conclusions d'un rapport préparé par une firme indépendante spécialisée en gestion des ressources humaines.