/world/pacificasia
Navigation

Dans les bidonvilles de Bombay, des « casques intelligents » contre le coronavirus

TOPSHOT-INDIA-SOCIETY-TANSPORT
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Bombay | Les autorités de Bombay, ville indienne la plus touchée par la pandémie de coronavirus, ont dévoilé des « casques intelligents » pour lutter contre la flambée des cas dans les bidonvilles densément peuplés de la capitale financière du pays. 

• À lire aussi: [EN DIRECT 21 JUILLET] Tous les développements de la pandémie

Ces casques --déjà utilisés à Dubaï, en Chine et en Italie-- permettent de mesurer la température de dizaines de personnes par minute, un temps record. Ils pourraient devenir la clé pour stopper la COVID-19 dans cette ville tentaculaire de 18 millions d’habitants.

« Les méthodes traditionnelles de dépistage prennent beaucoup de temps. Vous allez dans un bidonville de 20 000 personnes et cela vous prend trois heures pour dépister 300 personnes », a expliqué à l’AFP Neelu Jain, un volontaire de l’ONG Bharatiya Jain Sanghatana.

« Mais quand vous utilisez ces casques, tout ce que vous avez à faire c’est de demander aux gens de sortir de chez eux, vous mettre devant eux et vous pouvez dépister 6000 personnes en deux heures et demie », a-t-elle poursuivi.

Quatre « casques intelligents » - d’une valeur estimée à 600 000 roupies (près de 11 000 dollars canadiens) - ont été offerts aux autorités de Bombay et de la ville voisine de Pune, toutes deux confinées pour lutter contre la pandémie. 

L’Inde est devenue vendredi la troisième nation à franchir la barre du million de cas détectés de COVID-19, après les États-Unis et le Brésil. Mais nombre d’experts pensent que ce chiffre est très inférieur à la réalité, car le taux de dépistage demeure faible.

Plus de 28 000 malades ont péri. L’État du Maharashtra (ouest), où se trouve Bombay et ses bidonvilles, est le plus touché, devant New Delhi et le Tamil Nadu (sud).