/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Saison touristique à oublier à Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

Le centre-ville de Trois-Rivières est historiquement tranquille pour des vacances de la construction. Les entrepreneurs du milieu touristique avouent que la saison estivale sera carrément à oublier.

«Depuis la pandémie, le téléphone ne dérougissait pas, mais c'était pour annuler des réservations. Alors que j'affichais complet pour presque un an, j'ai perdu 80% de ma clientèle! C'est du jamais vu pour nous», a confié en entrevue à TVA Nouvelles la copropriétaire du Gîte Loiselle Liette Genest.

Il faut dire que la crise de la COVID-19 a forcé l'annulation des grands événements de la ville. Notamment le Grand Prix de Trois-Rivières, le Festivoix ou encore les spectacles du Cirque du Soleil à l'Amphithéâtre Cogeco.

Par conséquent, les entrepreneurs enregistrent des pertes importantes.

«Les revenus des trois mois de fermeture, je ne vais pas pouvoir les reprendre», a expliqué la copropriétaire de L'Aventurier paintball Nancy Houle.

«Pour une entreprise comme la nôtre, les deuxième et troisième trimestres sont primordiaux, a-t-elle expliqué. Là, je ne suis même pas encore capable de chiffrer les pertes! D'autant plus qu'on ne sait pas quand la deuxième vague va frapper.»

Pourtant l'entreprise familiale voguait vers une année record. Toutefois, personne ne pouvait prévoir cette pandémie historique. Pour se tenir à flot, ils ont dû mettre de côté les investissements et les nouveautés pour se concentrer à diminuer les pertes.

Les restaurants continuent d'opérer à capacité réduite. Pour le copropriétaire du restaurant Le Brasier 1908, le défi est double puisqu'il est situé à l'intérieur d'un hôtel et du centre de congrès.

«L'hôtel ne fonctionne pas, les congrès sont annulés, et on doit oublier les touristes internationaux, a indiqué Yves Beaudoin. Depuis notre réouverture, on fonctionne à 30% parfois 40% de notre chiffre d'affaires. Heureusement, comme ma superficie est grande, j'ai encore 100 places sur mes 200 disponibles.»

Pour ajouter une offre et une vitalité économique, le deuxième étage du parc portuaire de Trois-Rivières sera transformé en terrasse collective le Saint-Lau, où il sera possible de commander et de déguster des plats et des breuvages provenant de plus d'une dizaine de restaurants.

Rappelons que, selon un récent sondage, 61% des restaurateurs au Québec ne pourront survivre au-delà de six mois si rien ne change.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.