/sports/soccer/impact
Navigation

Tournoi de la MLS: l’Impact en huitièmes de finale

L’Impact poursuit sa route grâce à la victoire du FC Cincinnati contre les Red Bulls de New York

MLS-SOC-SPO-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED---MLS-IS-BACK-TOURNAMENT
Photo AFP Saphir Taïder (au centre) a été rejoint par Samuel Piette et Maxi Urruti après avoir marqué à la 31e minute.

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact avait besoin d’un coup de main pour se qualifier et il l’a obtenu mercredi soir quand le FC Cincinnati a surpris les Red Bulls de New York par la marque de 2 à 0.

• À lire aussi: Tournoi de la MLS: surprise de Cincinnati

Pour obtenir l’une des quatre places de « meilleur troisième » sans devoir attendre les résultats des matchs de jeudi, le Bleu-blanc-noir avait besoin que les « Taureaux » et Cincinnati évitent le match nul.

L’Impact va donc se mesurer à l’Orlando City SC. Cette rencontre serait jouée lundi. 

Certaines mauvaises langues diront que c’est une qualification par la porte arrière, mais si on regarde les autres formations qui vont se qualifier comme « meilleures troisièmes », le Bleu-blanc-noir n’a pas à être gêné.

Et c’est encore plus vrai quand on constate que des puissances de la ligue comme le New York City FC ou Atlanta se sont fait déculotter dès la phase de groupe.

Encourageant

Ce qui est encourageant dans le cas de l’Impact, c’est qu’il commence tranquillement à montrer son meilleur jour.

C’est encore bien loin d’être parfait, on s’entend, mais le club montréalais a tout de même progressé d’un match à l’autre, ce qui est de bon augure pour la suite des choses.

Avouons que si l’équipe était restée sur sa prestation du premier match contre la Nouvelle-Angleterre, ça aurait été drôlement inquiétant.

Mais il ne faut pas se laisser berner par les trois buts inscrits dans le match contre Toronto, dont deux sur tirs de pénalité. Le Bleu-blanc-noir manque toujours de punch en attaque et on cherche encore qui sera la bougie d’allumage.

Et on cherche surtout un joueur qui va mettre des étincelles dans le jeu parce que pour le moment, ce n’est pas très amusant à regarder. 

Beaux flashs

Mardi soir, Bojan a joué son meilleur match du tournoi et a servi quelques passes de grande qualité, mais ça serait faire fausse route que de croire qu’il sera la solution à cette attaque.

Ces beaux flashs sont intéressants, mais si on veut avoir le portrait au complet plutôt que quelques pièces du casse-tête, il faut lui donner un milieu offensif qui va créer des choses, qui va dénouer des situations et c’est ce qui manque cruellement à l’Impact.

Romell Quioto et Orji Okwonkwo ont une belle force brute et aiment foncer dans le tas, mais ça manque un peu de finesse.

Quant à Maxi Urruti, on aime son énergie et la façon dont il se dépense sans compter, mais c’est souvent beaucoup d’énergie dépensée pour peu de résultats.

Bref, ça manque encore de liant en attaque. 

Recherche d’Identité

Ce qui est frappant quand on regarde les trois rencontres du tournoi à la ronde, c’est que cette équipe recherche encore son identité de jeu.

Remarquez, c’est un peu normal dans les circonstances. Thierry Henry a à peine eu le temps de commencer à mettre des choses en place qu’on a renvoyé tout le monde à la maison pour trois mois.

Il faut donc prôner la patience afin que Henry puisse installer ses idées en les modelant selon les forces qu’il a sous la main.

Et on sent que c’est ce qu’il est en train de faire. Déjà, de passer d’une défense à trois centraux à un schéma plus classique à quatre arrières, comme il l’a fait contre le D.C. United, témoigne d’une compréhension des capacités de ses hommes par l’entraîneur.

À sa place

Dans cet esprit, on retrouvait mardi Samuel Piette et Victor Wanyama dans leur position plus naturelle, soit devant la défense centrale.

Le premier jouait un peu plus haut en début de match, mais il est clairement plus à l’aise dans un rôle de milieu récupérateur pendant que Wanyama se distingue comme relayeur.

Piette, lorsqu’il joue plus haut, ne brille pas puisqu’il est moins à l’aise et qu’il a tendance à trop jouer vers l’arrière alors que le mandat est inverse.

Wanyama, qui n’a pas froid aux yeux, aime se salir les mains pour récupérer des ballons et les envoyer vers l’avant. Il suffit que les deux coéquipiers trouvent leur équilibre et on pourrait voir une belle paire pour les prochaines années.

Un mot aussi sur Clément Diop, qui n’avait pas l’aplomb de la saison dernière dans les deux premiers matchs.

Contre D.C. toutefois, il est resté spectaculaire et a su réaliser en début de deuxième demie deux gros arrêts coup sur coup qui ont certainement influencé le tempo du match.

Il faut faire avec son côté un peu échevelé qui n’est pas sans rappeler les belles années de Dominik Hasek dans la Ligue nationale de hockey.

En touche 

Tissot à Hamilton

L’ancien arrière de l’Impact Maxim Tissot s’est trouvé une nouvelle équipe mercredi en signant un contrat avec le Forge FC, de la Première ligue canadienne.

Il s’agit d’une belle prise pour le club ontarien, qui met la main sur un arrière d’expérience qui a joué en MLS, en NASL et en USL. C’est une des acquisitions les plus en vue de la Première ligue canadienne cette année.

Tissot s’est retrouvé sans contrat quand son ancien club, le Fury d’Ottawa, a mis un terme à ses activités à la fin de la saison 2019. Le club a été remplacé par l’Atlético Ottawa, mais le résident de Gatineau n’a pas pu y trouver une place.


Beaucoup de bouffe

Avoir 24 équipes de soccer professionnel dans un même hôtel, c’est un peu comme héberger des centaines d’adolescents. C’est-à-dire que ça prend une quantité astronomique de nourriture.

Et ça se traduit comment ? En date de lundi, les membres de toutes les équipes ainsi que les arbitres et les employés de la MLS ont consommé plus de 14 000 livres de poulet, près de 7000 livres de fruits de mer et près de 2500 livres de bacon, selon ESPN. Et on ne parle pas du reste.


Bienvenue au Charlotte FC

C’est mercredi que l’équipe d’expansion de Charlotte a dévoilé son nom et son logo. On a opté pour Charlotte FC.

Le logo est un cercle au centre duquel on retrouve une couronne. Le cercle prend les allures d’une pièce de monnaie pour représenter le statut de capitale financière en plus d’être un clin d’œil au passé puisque Charlotte a été la première ville des États-Unis à avoir sa propre succursale de la monnaie (US Mint).

Les quatre pointes de la couronne représentent les quatre quartiers principaux de la ville et symbolisent la royauté du nom de la ville. Lors de sa fondation, en 1768, elle a été nommée en l’honneur de la reine Charlotte de Mecklembourg-Strelitz, épouse du roi George III de Grande-Bretagne. 


L’Impact prête un gardien aux Whitecaps

Comme Maxime Crépeau s’est fracturé le pouce gauche, les Whitecaps de Vancouver se retrouvaient avec un seul gardien, Thomas Hasal, pour affronter le Fire de Chicago, ce matin.

Les Whitecaps sont aussi privés de Bryan Meredith, rentré au New Jersey à la suite du décès subit de sa mère.

L’Impact a donc prêté Jonathan Sirois aux Caps le temps d’une rencontre. Un petit coup de main canadien.