/finance/business
Navigation

Paradis fiscaux: plus de 380 milliards $ hors de portée

Les familles Weston, Bronfman et Irving figurent en bonne place dans un rapport sur les paradis fiscaux

Bermudes
Photo d'archives Les sommes envoyées dans des paradis fiscaux par des entreprises canadiennes ont atteint des sommets inégalés en 2019. En un an, l’argent délocalisé en Suisse a par exemple bondi de 65,6 %, démontrent les données. Les Bahamas (notre photo) ont pour leur part hérité de 26,3 milliards $, seulement de la part d’entreprises.

Coup d'oeil sur cet article

Les paradis fiscaux n’ont jamais été aussi populaires chez les entreprises canadiennes, révèle un rapport qui pointe du doigt plusieurs richissimes familles du pays pour leur cupidité, et le gouvernement Trudeau pour son inaction.

Des entreprises canadiennes ont accumulé un montant total record de 381 milliards $ l’an dernier dans les 12 principaux paradis fiscaux de la planète, selon une analyse du groupe Canadiens pour une fiscalité équitable. 

En se basant sur les plus récentes données de Statistique Canada en matière d’investissements directs à l’étranger, le groupe conclut que les actifs d’entreprises déclarés dans ces États ont augmenté de 135 % en 10 ans.

Le Luxembourg reste le paradis fiscal de choix des entreprises canadiennes, avec 101 milliards de dollars d’« investissements », suivi des Bermudes (64 milliards $ ), de la Barbade (50 milliards $), des îles Caïmans (43 milliards $), des Pays-Bas (36 milliards $) et des Bahamas (26 milliards $). 

Près de 25 milliards $ à payer

« Les investissements canadiens sont beaucoup plus nombreux dans l’un de ces six principaux paradis fiscaux qu’en Chine, en Allemagne, au Brésil, en France ou au Japon », illustre le rapport. 

« C’est énorme ! » s’exclame l’économiste Toby Sanger, directeur du groupe. « On a besoin de plus de transparence des entreprises, et de plus d’action de la part des gouvernements. Le gouvernement (Trudeau) a fait de belles promesses, mais il n’a pas fait grand-chose jusqu’à maintenant. Ils font vraiment le strict minimum alors qu’ils pourraient être un leader. »

Avec la COVID-19 et les déficits monumentaux qui vont en découler, le Canada ne peut se passer des taxes et impôts liés à ces fonds, dit-il. 

L’impôt à payer sur ces sommes frôlerait les 25 milliards $, selon le Directeur parlementaire du budget. 

« Il y a un “momentum” pour que les gouvernements récupèrent les recettes fiscales qui leur échappent, mais le Canada n’est pas un leader, pas du tout. C’est un “suiveux” qui fait le minimum de ce qu’on attend de lui », déplore M. Sanger.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Laliberté et les autres

Canada Steamship Lines, qui appartient à l’ex-premier ministre Paul Martin est installée aux Bermudes, tout comme certaines filiales de l’empire pétrolier Irving.

Des compagnies, dont Loblaw et celle détenant les Sénateurs d’Ottawa sont présentes à la Barbade, et les îles Caïmans peuvent compter sur Claridge, le véhicule d’investissement de la famille anglo-montréalaise Bronfman, selon les Panama Papers.  

La participation de Guy Laliberté dans le Cirque du Soleil a aussi été détenue de 2015 à 2020 dans une entreprise enregistrée aux îles Caïmans, un minuscule paradis fiscal des Caraïbes de 64 000 habitants, rapportait Le Journal en mai.

Le cabinet de la ministre du Revenu national Diane Lebouthillier n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue, mercredi. 

La ministre avait été vertement critiquée il y a trois ans pour son piètre bilan en matière de lutte à l’évasion fiscale, ce qui n’a pas empêché le premier ministre Trudeau de la reconduire dans ses fonctions l’an dernier. 

Aux parlementaires de l’opposition qui demandaient des comptes au gouvernement, la ministre brandissait alors quelque 78 condamnations obtenues par l’Agence du revenu contre des entreprises. 

Or, ces 78 condamnations ne concernent que 49 sociétés, et aucune d’entre elles n’a été trouvée coupable d’évasion fiscale à l’étranger, selon un décompte de la CBC. Il s’agit plutôt de PME n’ayant pas déclaré tous leurs revenus. 

Paradis fiscaux où va l’argent d’entreprises canadiennesInvestissements d’entreprises canadiennes
20182019Variation
Luxembourg102,5 G$101,2 G$-1,3 %
Bermudes58,1 G$63,5 G$9,3 %
Barbade50,2 G$49,8 G$-0,9 %
Îles Caïmans41,8 G$42,7 G$2,1 %
Pays-Bas36,5 G$35,9 G$-1,6 %
Bahamas26,3 G$26,3 G$0,0 %
Suisse9,7 G$16,0 G$65,6 %
Hong Kong10,8 G$11,7 G$8,7 %
Îles Vierges britanniques 12,2 G$10,5 G$-13,7 %
Irlande9,6 G$9,5 G$-0,8 %
Singapour9,5 G$9,3 G$-2,2 %
Malte2,9 G$4,3 G$51,6 %
Total du top 12 desparadis fiscaux370,0 G$380,8 G$2,9 %