/sports/racing
Navigation

Les Grands Prix cyclistes annulés

Les courses devaient se dérouler les 11 et 13 septembre

SPO-Grand Prix cycliste de Montréal
Photo d’archives, Agence QMI Le cycliste Gref Van Avermeat avait triomphé pour une seconde fois lors du Grand Prix cycliste de Montréal, en septembre 2019. Il l’avait également emporté en 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Un autre événement sportif à caractère international en sol québécois est tombé jeudi en raison de la pandémie de COVID-19. L’organisation des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal a dû se résigner à annuler la présentation des courses prévues les 11 et 13 septembre prochains.

« À la suite d’une analyse méticuleuse de la situation actuelle, tant au Québec qu’à l’étranger, l’organisation des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal (GPCQM) en est venue à la conclusion qu’il était impossible de répondre à toutes les exigences sanitaires et opérationnelles nécessaires afin de garantir un environnement sécuritaire pour tous en cette période de pandémie de COVID-19 », peut-on lire dans un communiqué diffusé.

Les organisateurs espéraient qu’un assouplissement des mesures gouvernementales à la fin de l’été aide à la présentation de ces seules épreuves du circuit World Tour sur le continent nord-américain, mais l’incertitude reliée à l’évolution de la crise sanitaire et les risques élevés de propagation du virus les ont amenés à prendre cette décision.

« Il y a une semaine, on examinait encore cinq dossiers, mais toutes les portes se sont refermées et tout était trop compliqué. On peut dire que nous aurons tout fait pour livrer la marchandise et que nous avons fait tout notre possible pour apercevoir une mince possibilité de lueur, mais le soleil s’est couché et c’était la noirceur complète », a imagé le président Serge Arsenault, joint par Le Journal de Québec.

« Je sais que l’organisation travaillait extrêmement fort pour que les courses aient lieu en septembre. Avec la situation actuelle de la pandémie, les complications au niveau des voyages et des frontières, c’était un casse-tête très difficile à résoudre. Nous sommes tous tristes de ne pas pouvoir participer au GPCQM cette année. Ce sont les plus belles courses de l’année pour nous, mais nous comprenons la situation. Vivement un retour en 2021 », a réagi par courriel le cycliste québécois Guillaume Boivin, membre de l’équipe Israel Start-Up Nation.

La tête vers 2021

L’autre enjeu était l’obligation pour les organisateurs de verser d’importantes garanties financières se chiffrant en millions de dollars pour l’hébergement des athlètes, les services de voiturier et de traiteur ainsi que pour le cargo transportant l’équipement.

« Il fallait prendre une décision pour respecter nos partenaires et les gens avec qui nous sommes impliqués depuis 2010. De plus, je ne voulais pas paralyser le calendrier mondial en conservant mes dates, ce qui aurait signifié que les équipes auraient eu l’obligation de se préparer à venir ici », a expliqué M. Arsenault, qui a vite écarté le scénario d’une présentation en octobre en raison des mêmes contraintes.

Serge Arsenault et son équipe ont déjà la tête tournée vers l’an prochain à la suite de nouveaux partenariats avec les différents paliers de gouvernement qui ont réitéré leur engagement envers l’événement. Les Grands Prix cyclistes ont annoncé que la 11e édition sera présentée les 10 et 12 septembre 2021.

« On a eu une grande collaboration de nos partenaires publics et privés [...] On va tous ensemble absorber les pertes de cette année, mais ça [ces renouvellements] nous confirme que les Grands Prix sont solidement ancrés », a rappelé le président.

Le budget des Grands Prix s’élevait à environ 7,5 millions $.