/news/politics
Navigation

WE Charity: un rare témoignage à venir d’un premier ministre en fonction

Coup d'oeil sur cet article

Le témoignage que le premier ministre Justin Trudeau fera devant un comité parlementaire se penchant sur l’affaire WE Charity aura sans doute quelque chose d’historique dans le fait que les précédents sont rares et que la dernière comparution de la sorte remonte à plus d’une décennie.

• À lire aussi: WE Charity: les appels à la démission du ministre Morneau se poursuivent

Environ cinq premiers ministres en fonction ont témoigné devant des comités ou des commissions royales dans l’histoire du Canada, selon une recherche non exhaustive menée par la Bibliothèque du Parlement.

Tout indique que le dernier cas remonte à 2006, quand l’ex-premier ministre conservateur Stephen Harper a témoigné devant le Comité spécial sur la réforme du Sénat.

«C'est la première fois qu'un premier ministre en fonction témoigne devant un comité sénatorial. Nous sommes heureux qu'il ait accepté de se présenter devant notre comité et nous sommes très impatients d'entendre ses commentaires», avait même lancé Daniel Hays à l’époque, qui était président de la chambre haute, si l’on se fie aux transcriptions disponibles en ligne.

Précédemment, le père de Justin Trudeau, Pierre Elliott Trudeau, est aussi apparu devant un comité à quelques reprises au début des années 1980, toujours selon la recension de la Bibliothèque du Parlement. Dans le cas de cet ancien chef libéral, c’était devant le Comité permanent des prévisions budgétaires.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le conservateur Joe Clark s’était aussi présenté devant ce même comité, en 1979. Si on retourne encore plus loin dans le temps, on découvre qu’en 1932, Richard Bedford Bennett, aussi d’allégeance conservatrice, a dû témoigner devant un comité spécial après avoir été accusé, entre autres, d’avoir payé à même des fonds publics le voyage de noces de sa sœur.

Dans le cas de Justin Trudeau, on ne savait pas exactement, jeudi, quand il témoignerait devant le Comité des finances de la Chambre des communes pour livrer sa version des faits dans l’affaire WE Charity. Cette controverse a éclaté après que lui et son gouvernement eurent accordé la gestion d’un programme de bénévolat étudiant de 900 M$ à l’organisation WE Charity, proche des Trudeau.

Le premier ministre est aussi visé, dans la foulée de cette affaire, par une enquête du commissaire à l’éthique et aux conflits d’intérêts, Mario Dion. C'est la troisième fois depuis son élection de 2015 qu'il doit se plier à un tel exercice. Les deux fois précédentes, M. Trudeau a reçu un blâme.

En plus du Comité des finances, celui de l’éthique veut aussi recevoir M. Trudeau pour un témoignage. Ce dernier a accepté l’invitation pour la première des deux convocations et n’a pas encore répondu publiquement à la seconde.